CORONAVIRUS

Hausse des contagions en Europe: l’Italie s’inquiète d’être «encerclée»

Hausse des contagions en Europe: l’Italie s’inquiète d’être «encerclée»

Illustration Photo News

L’Italie, qui reste fermée aux ressortissants des Balkans et exige une quarantaine pour les voyageurs en provenance de Roumanie et de Bulgarie, s’inquiète d’être «encerclée» par la hausse des contagions au coronavirus chez ses voisins européens.

«France, Espagne, Balkans: l’Italie est encerclée par les contagions», met en garde lundi le quotidien Il Corriere della Sera, qui publie une infographie répertoriant le nombre de nouveaux cas ces deux dernières semaines dans les pays européens.

L’Espagne est largement en tête, viennent ensuite la Roumanie, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la Pologne.

La péninsule, loin derrière, a enregistré dimanche deux morts, bilan le plus bas depuis le 21 février, date des premiers morts dans le pays. Si le chiffre des nouveaux cas est moins bon (+463 en 24 heures), la situation reste sous contrôle, selon les autorités. Mais «ne pas s’inquiéter (des nouveaux cas venus de l’étranger) relèverait de l’inconscience», a confié le ministre de la Santé Roberto Speranza au Corriere.

La crainte est en effet que de nouveaux foyers se créent à partir de cas importés de pays voisins, comme ces trente jeunes italiens de Vénétie (nord-est) partis en vacances en Croatie et revenus avec le virus, dont l’histoire a été largement reprise par les médias italiens.

«Nous devons être prêts: au cours des deux prochaines semaines, le nombre de contagions au retour (d’un voyage à l’étranger, NDLR) augmentera», estime Rodolfo Punzi, directeur du département des maladies infectieuses de l’hôpital Cotugno de Naples (sud), cité par La Stampa.

En première ligne lors de l’arrivée du coronavirus en Europe, l’Italie fait figure de bonne élève avec des règles strictes de port du masque et de distanciation sociale, même si les comportements se sont relâchés avec l’arrivée de l’été et des vacances.