BELGIQUE

Knokke bannit les touristes d’un jour jusqu’à la fin de la vague de chaleur

Knokke bannit les touristes d’un jour jusqu’à la fin de la vague de chaleur

Illustration BELGA

La commune côtière de Knokke-Heist n’autorisera pas la venue de touristes d’un jour aussi longtemps que le pays suera sous la vague de chaleur, a confirmé lundi le bourgmestre Leopold Lippens (CD&V).

Avec 30°C à la mer et jusqu’à 36°C dans le reste du pays lundi, les touristes d’un jour à la recherche d’un peu de fraîcheur ne sont plus les bienvenus à Knokke depuis dimanche.

Les habitants de la commune, propriétaires d’une seconde résidence, touristes de plusieurs jours et travailleurs peuvent, eux, encore s’y rendre. Durant la vague de chaleur nationale, toute personne devra se munir d’une preuve justifiant son déplacement à Knokke (carte d’identité, réservation d’hôtel, attestation d’emploi…). Sans bonne raison, les arrivants seront forcés de faire demi-tour.

Le bourgmestre de Knokke avait appelé vendredi à ne pas se rendre à la Côte pour le week-end, menaçant de fermer la station balnéaire aux touristes d’un jour en cas de trop forte affluence. Face à l’importante fréquentation samedi et à plusieurs incidents, Leopold Lippens avait décidé d’interdire l’accès à sa commune dès dimanche pour les touristes d’un jour.

Cette décision est prolongée jusqu’à la fin de la vague de chaleur. «Si je permets aux gens de continuer à venir, je ne serai plus en mesure de garantir la sécurité», justifie le maïeur.

La police procède à des contrôles aux accès menant à la station balnéaire, ce qui a provoqué dimanche d’importants embarras de circulation.

À Blankenberge, où une importante bagarre avait éclaté samedi sur la plage, les touristes d’un jour n’étaient plus non plus les bienvenus dimanche mais le sont à nouveau lundi.