L’isolation d’un parquet se fait en fonction de sa technique de pose et des caractéristiques de la pièce. Les techniques de pose sont les suivantes : clouée, collée ou flottante. L’isolant donne une meilleure stabilité et vise notamment à accroître sa durabilité, améliorer les isolations thermiques et acoustiques. Une pose clouée est privilégiée pour les parquets massifs. Les lames sont clouées sur des supports préalablement fixés au sol, ces supports sont appelés solives et palourdes. La couche d’isolation se trouve donc en-dessous ou entre de ces supports.

Elle n’est cependant pas obligatoire pour un parquet massif cloué, mais conseillé pour accentuer le confort sonique et améliorer l’isolation thermique. La pose collée comme son nom l’indique consiste à coller les lames de parquet directement sur le sol, technique utilisée pour les parquets massifs ou contrecollés. La pose flottante est appelée ainsi parce que les lames ne sont pas fixées sur un support, cette technique est la seule possible pour un parquet stratifié, les lames se clipsent ou parfois collées entre elles. Plusieurs matériaux sont utilisés pour une sous-couche, ils peuvent être d’origine naturelle, minérale ou synthétique. Dans une salle de bain, il n’est pas conseillé de poser un parquet flottant stratifié, car à la longue, sous l’action de l’eau, il risque de se déformer et de devenir inesthétique. La technique à privilégier est de le coller tout en choisissant une sous-couche qui protègera de l’humidité. Le polystyrène est l’isolant synthétique le plus commun, il offre un bon rapport qualité/prix mais ne perdure pas sur le long terme. Les isolants minéraux (laine de roche ou de verre), sont performants mais sont désagréables à manipuler. Les isolants d’origine naturelle offrent à la fois de bonnes performances thermiques et phoniques, ils peuvent être en liège, coton ou en fibres naturelles de chanvre.

Carreler au sol

Pour des questions budgétaires, il est intéressant de carreler soi-même car cela économisera la main d’œuvre. Cela demande néanmoins une certaine dextérité qui n’est pas à la portée de tout le monde, avec le risque de ne pas être satisfait du rendu final. De nos jours, les techniques de pose sont exposées en long et large grâce à des vidéos faites par des professionnels sur Youtube par exemple. Il est vivement conseillé de les visionner avec la plus grande attention avant de vous lancer dans l’aventure, tout en vous munissant d’un outillage de qualité pour les découpes notamment. Il vous faudra donc : une machine à couper du carrelage, un niveau, une truelle, une équerre, des croisillons, un mètre, un crayon, un peigne à mortier, un maillet en caoutchouc. Il existe deux grandes techniques de pose, la pose scellée et la pose collée. La pose scellée consiste à coller le carrelage quand la chape n’est pas encore totalement sèche, les carreaux sont donc scellés dans la chape. La méthode la plus couramment utilisée est la pose collée qui consiste à coller les carreaux sur le support. Du ciment-colle sera déposé sur le support et sur les carreaux, il s’agit donc d’un double encollage. Celui-ci s’effectue avec un peigne à mortier. Avant de débuter l’opération, c’est une erreur souvent commise par les débutants, il faut veiller à ce que le support soit parfaitement propre et plane. Si ce n’est pas le cas, un égalisateur devra être utiliser avant de commencer à carreler.

Mosaïques

Depuis l’Antiquité, chez les Grecs et les Romains, les mosaïques étaient utilisées pour décorer les pièces d’eau et les lieux de vie. Cette technique ancestrale est encore très actuelle et contribue à magnifier un intérieur. De nos jours, il est cependant encore très rare de dessiner des tableaux avec les mosaïques comme c’était le cas dans les villas romaines. L’effet est nettement simplifié, soit en utilisant des mosaïques de mêmes couleurs pour donner un effet uniforme, soit en alternant les couleurs pour attirer le regard. Certaines mosaïques sont proposées en feuilles, en général d’une dimension de 33 x 33 cm. Des petits carrelages, sur le même type de support, existent également, notamment des carreaux en ciment, un style très couru ces dernières années. Les feuilles de mosaïques ou de petits carrelages permettent une pose aisée, même pour des carreleurs amateurs. La pose des feuilles s’exécute exactement de la même manière que celle d’un carrelage.

Habitat : articles proposés par la régie