CORONAVIRUS

Hospitalisations et décès: les chiffres restent stables

Hospitalisations et décès: les chiffres restent stables

Illustration ÉdA Mathieu Golinvaux

Le nombre de nouvelles admissions à l’hôpital et de décès des suites du Covid-19 reste stable par rapport à la semaine dernière, a indiqué vendredi la porte-parole interfédérale Frédérique Jacobs lors d’une conférence de presse commune du Centre de crise et du SPF Santé publique.

En moyenne, 24,4 nouveaux patients atteints de Covid-19 ont été admis à l’hôpital du 31 juillet au 6 août. Jeudi, 278 patients étaient hospitalisés, dont 65 en soins intensifs. La semaine dernière, 2,6 personnes en moyenne sont décédées du coronavirus, portant le nombre total de décès à 9.861 depuis le début de l’épidémie en Belgique.

Au niveau national, la croissance des nouveaux cas de Covid-19 est ralentie, «passant d’un doublement du nombre de cas à une augmentation d’environ 50% par semaine», a indiqué Frédérique Jacobs.

Après une croissance «extrêmement forte» dans la province d’Anvers, la hausse est actuellement ramenée à 10%. «C’est probablement l’effet des mesures prises dans cette ville», a avancé la porte-parole. Une baisse des moyennes hebdomadaires est également constatée en Flandre occidentale et dans le Limbourg. En revanche, la Région de Bruxelles-Capitale connaît une augmentation soutenue de 150% par semaine.

«Pas dramatique»

«Aujourd’hui, la situation n’est pas aussi dramatique que lors de la première vague», a souligné la porte-parole. Elle a en revanche insisté sur le nombre important de cas confirmés. «Nous sommes conscients que nous voyons une portion bien plus grande de l’iceberg qu’en mars et c’est le résultat des efforts déployés ces dernières semaines. Mais l’augmentation que nous voyons est bien réelle et n’est pas seulement liée à la hausse du nombre de tests», a-t-elle affirmé.

Mme Jacobs a également rappelé qu’un test négatif au Covid-19 ne garantit pas de ne pas être infecté. En effet, il est possible d’être porteur du virus et que le test reste négatif pendant les premiers jours de l’exposition. «Un test fournit des connaissances mais ne vous protège pas, ni ne vous guérit. Et il ne remplace en aucun cas la quarantaine.»

Frédérique Jacobs a également confirmé une possible corrélation entre l’intensité de la propagation du coronavirus et l’habitat, comme le rapportait De Tijd jeudi. Dans certains quartiers socio-économiquement moins favorisés, «les familles sont parfois plus grandes, vivent souvent dans des logements plus petits et dans des quartiers où il y a moins d’endroits où l’on peut se retrouver en gardant les distances de sécurité. Ces personnes ont également souvent des métiers plus manuels et moins de possibilités de faire du télétravail. Toutes ces raisons expliquent que le virus y circule un peu plus.»