BELGIQUE

La direction de Wibra veut reprendre une trentaine de magasins

La direction de Wibra veut reprendre une trentaine de magasins

Illustration ÉdA

La direction de Wibra souhaite reprendre une trentaine de magasins, a-t-elle fait savoir jeudi aux syndicats.

Le BBTK/SETCa s’inquiète de l’avenir du personnel de la cinquantaine de magasins qui ne seront pas repris. La direction ne fait pas de commentaires tant que les négociations sont en cours.

La direction a annoncé le 20 juillet dernier au cours d’un conseil d’entreprise extraordinaire qu’elle allait introduire une demande de réorganisation judiciaire. Elle avait précisé qu’elle entendait sauver «une part substantielle» des 81 magasins présents en Belgique.

Jeudi, elle a déclaré aux syndicats qu’elle souhaitait en reprendre 30. «Nous ne savons pas encore lesquels ni le nombre de travailleurs que cela implique», explique un représentant du BBTK/SETCa.

Le syndicat socialiste craint que l’entreprise ne demande la faillite pour les magasins qu’elle ne reprendra pas, ce qui fait que le personnel concerné ne pourrait pas prétendre à une indemnité de départ sur la base de l’ancienneté. Bon nombre de travailleurs sont chez Wibra depuis plusieurs années.

Selon le syndicaliste, la direction demande encore plus de flexibilité, tout en reconnaissant que celle-ci ne s’accompagnera d’aucune plus-value financière. «Alors qu’une flexibilité accrue peut avoir un impact considérable sur la vie de famille», remarque le BBTK.

Le sort des magasins qui ne seront pas repris n’est pas encore connu. «Dans un scénario idéal, on pose le puzzle sur la table et différents candidats reprennent l’ensemble des magasins, mais c’est un doux rêve», commente le syndicaliste.

La direction va maintenant présenter son plan au mandataire de justice.