CORONAVIRUS

Le Wolf ferme jusqu’à fin août: «Ni touristes, ni travailleurs, ni étudiants»

Le Wolf ferme jusqu’à fin août: «Ni touristes, ni travailleurs, ni étudiants»

Le Wolf, halle alimentaire tendance, rassemble 17 comptoirs de bouche et une microbrasserie. L’endroit est fermé jusqu’à fin août: le covid est passé par là. Reporters

Le Wolf, «food court» qui rassemble 17 adresses dans une ancienne banque au centre de Bruxelles, ferme «jusqu’à fin août». Le covid est pointé du doigt. Les exploitants en profitent pour agrandir.

Le Wolf, le « food market » installé depuis décembre 2019 dans l’ancienne banque CGER au centre de Bruxelles, annonce sa fermeture «jusqu’à fin août». C’est sans surprise une conséquence de la crise du coronavirus.

«Nous fermons parce que, pour l’instant, il y a peu de touristes à Bruxelles alors que le télétravail reste privilégié et que les étudiants sont absents», expliquent les exploitants sur Facebook. «De plus, les vacances font qu’il y a de facto moins de monde à Bruxelles». Et de déplorer «un climat anxiogène dû aux mesures annoncées» et «un bashing médiatique».

Les 2000m2 du Wolf rassemblent 17 comptoirs de bouche. Les «foodies» y retrouvent plusieurs adresses réputées de la place bruxelloises, comme le boucher Dierendonck, les feuilles de riz de chez Knees to Chin, les pains syriens de My Tannour et éthiopiens de Toukoul, les burgers des Super Filles du Tram, les pizzas de la Piola ou les quadrillages sucré-salé de Gaufres & Waffles. On y retrouve aussi une microbrasserie et un marché bio.

«On n’a jamais aussi bien circulé à Bruxelles»

La question de rester ouvert s’est posée, d’autant que «le Wolf d’après covid rassemblait plus de 500 personnes sur la journée». Un chiffre absorbable vu les 800 places assises de la halle. «Le problème est que l’expérience est actuellement galvaudée», reconnaissent les exploitants: «si je viens pour un resto asiatique et que celui-ci est fermé, je suis déçu», pensent-ils. Dès lors, le Wolf profitera de cette fermeture impromptue pour «terminer les travaux de la nouvelle partie qui comprendra 200 places assises supplémentaires».

Enfin, avant de donner rendez-vous en septembre, les opérateurs du «food-court» coupent court aux éternelles rumeurs pointant la mobilité: «La mobilité n’a rien à voir avec cette fermeture temporaire. On n’a jamais aussi bien circulé à Bruxelles qu’à cette période». Et de préciser: «On espère juste que la fermeture du bois de La Cambre n’impactera pas trop les clients du sud de la ville… Mais ça, ce sera un problème éventuel à voir à la rentrée».

??