POLITIQUE

Les Verts rejettent la note des préformateurs De Wever et Magnette dans sa forme actuelle

Les Verts rejettent la note des préformateurs De Wever et Magnette dans sa forme actuelle

Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet, coprésidents d’Écolo. BELGA

À l’issue de quatre heures de discussions avec les préformateurs, Paul Magnette et Bart De Wever, sur la note qu’ils ont confectionnée en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral, les Verts ont estimé qu’ils ne pouvaient se joindre au projet dans sa forme actuelle.

«Les options politiques présentées par les missionnaires royaux constituent une base pour une formule sans les Verts, et non avec eux», ont-ils fait savoir dans un communiqué. «Il n’est pas clair que les missionnaires envisagent de reformater ainsi leur projet.»

Tout en saluant certaines «propositions intéressantes» contenues dans la note des préformateurs, telles l’augmentation des pensions ou une série de mesures à court terme pour gérer la crise sanitaire, les Verts estiment que l’entretien avec le tandem royal a aussi mis en lumière «des lacunes importantes et positions trop éloignées sur le plan des valeurs et des propositions».

Pas à la hauteur

Pour les écologistes, «certains éléments» ne sont d’abord tout simplement pas à la hauteur des enjeux et des attentes d’une large part de la population, notamment en matière de climat, d’énergie ou de mobilité. «Ces propositions ne répondent pas aux innombrables rapports scientifiques sur l’état de la planète, le dérèglement climatique et la crise de la biodiversité.»

Ensuite, d’autres éléments abordés sont restés «flous», notamment la question de la fiscalité plus juste ou en matière de renouveau politique.

«Enfin, il ressort que le schéma qui se dégage des propositions en matière institutionnelle ne rendra pas notre État fédéral plus efficace, plus lisible et plus démocratique, ce qui est pourtant nécessaire», regrettent les coprésidents d’Écolo.

Sur base du texte tel que rédigé dans sa forme actuelle, il est dès lors impossible pour eux de rejoindre le mouvement, renvoyant ainsi la balle vers les préformateurs invités à renforcer le texte dans le sens des Verts.

Cinq partis et…

Selon Bart De Wever, une «bulle» de cinq partis (PS-sp. a-CD&V-cdH et N-VA) ont déjà convenu d’avancer sur base de cette note politique qui traite de la crise sanitaire, de la relance économique, des questions sociales, environnementales et également institutionnelles.

Ces cinq partis ne représentent toutefois que 70 députés sur les 150 que compte la Chambre, soit moins de la majorité.

Les préformateurs cherchent donc en conséquence à rallier d’autres soutiens, soit auprès de l’Open-Vld, soit auprès des Verts.

Vendredi dernier, Bart De Wever avait indiqué ne pas vouloir discuter avec le MR, le parti de Georges-Louis Bouchez n’ayant pour seule ambition que de faire capoter les discussions, avait-il accusé. L’Open-Vld avait répondu ne pas vouloir lâcher son homologue francophone en réaffirmant l’unité de la «famille libérale».