CORONAVIRUS

Hausse généralisée, tests et théories du complot: le Centre de crise fait le point sur la situation

Hausse généralisée, tests et théories du complot: le Centre de crise fait le point sur la situation

Frédérique Jacobs, la nouvelle porte-parole interfédérale, est convaincue que nos efforts conjoints nous permettront de revenir à une vie normale. Photo News

Le Centre de crise fait le point sur l’évolution de la pandémie de coronavirus en Belgique à l’occasion de l’une de ses trois conférences de presse hebdomadaires. Il en a profité pour évoquer le télétravail, la hause généralisée des cas et le nombre de tests.

 

 

Ce matin, après avoir annoncé les nouveaux chiffres, le Centre de crise a précisé l’importance de la hausse de cas à laquelle tout le pays fait actuellement face.

Par rapport à la semaine précédente, l’augmentation est de 68%. Au cours de la période du 24 au 30 juillet, il y a eu en moyenne 490,7 cas par jour. Cette moyenne était de 465 dimanche. De ce fait, le taux de reproduction du virus est estimé à 1,114. Le nombre de personnes admises aux soins intensifs a également doublé depuis le mois de juillet.

Augmentation généralisée dans tout le pays

Les porte-paroles interfédéraux ont insisté sur l’augmentation généralisée de cas qui se produit dans «quasi toutes les provinces du pays»: «Le coronavirus se diffuse partout, surtout dans les quartiers densément peuplés et à faible statut socio-économique». Toutes les tranches d’âges semblent d’ailleurs à nouveau concernées, les plus jeunes comme les plus âgées.

 

 

L’augmentation des tests ne justifie pas la hausse des cas

Frédérique Jacobs, la nouvelle porte-parole interfédérale a également insisté sur le fait que la forte augmentation de tests réalisés ne justifie pas cette augmentation de cas.

 

 

 

Depuis le 15 juillet, on observe une réelle augmentation du nombre de personnes infectées, ce qui ne s’explique pas par l’augmentation du nombre de tests

 

Cette semaine, 20 000 tests sont réalisés en moyenne par jour sur le territoire, soit 20% de plus que la semaine dernière, alors que l’on observe une augmentation de 68% du nombre de cas par rapport à la semaine dernière.

Théories du complot

Le Centre de crise a abordé les nombreuses théories du complot qui «vivent de belles heures», alors que de nombreux Belges semblent lassés de cette situation de crise à laquelle nous faisons face depuis maintenant cinq mois.

Steven Van Gucht a insisté sur l’importance de ne pas relayer ces fake news et de croire au sérieux de l’épidémie, même si sa durée n’est pas connue, sans quoi les efforts de chacun risquent d’être vains.

 

 

Vacances et télétravail

Vu la période estivale, Antoine Iseux a tenu à remercier tous les animateurs et organisateurs de camps qui permettent à de nombreux jeunes de vivre des bons moments dans des conditions sanitaires particulières.

Pour ceux qui continuent à travailler, le Centre de crise a à nouveau insisté sur les recommandations liées au télétravail: «Limiter les contacts professionnels est aussi important que limiter les contacts sociaux», en encourageant un maximum d’entreprise à remettre en place les dispositions appliquées au mois de mars.

Enfin, Frédérique Jacobs a encouragé les Belges à ne pas baisser les bras ainsi que les jeunes à se conscientiser face à ce virus «invisible mais bien réel».

«Tenez bon, acceptez que nous aurons encore quelques mois difficiles. Je suis convaincue que nous parviendrons à contenir cette épidémie et revenir à une vie normale grâce à nos efforts conjoints.»