FLOBECQ

Le bourgmestre met en garde les habitants de Brakel «reconfinés»

Le bourgmestre met en garde les habitants de Brakel «reconfinés»

Philippe Mettens est prêt à imposer un lock-down sur sa commune en cas de débordements. EdA

Philippe Mettens, bourgmestre de Flobecq, craint des débordements sur sa commune à cause du lock-down de Brakel.

Hier, on apprenait dans le journal LaLibre que la commune de Flandre orientale, Brakel, mettait en place un «mini lock-down» suite à une recrudescence des cas positifs au Covid-19. Les horaires de l’Horeca seront réduits, les rencontres de football annulées et le port du masque obligatoire quasiment sur toute la commune.

Brakel se situant juste à côté du Pays vert, le bourgmestre de Flobecq, Philippe Mettens réagit. «Il y a beaucoup de personnes de Brakel qui se rendent à La Houppe et fréquentent des établissements comme La Caplette ou ‘t Barakske. Ce n’est pas parce qu’ils sont «confinés» dans leur commune qu’ils doivent venir profiter de l’HORECA de chez nous », prévient Philippe Mettens, qui s’attend à des débordements.

Des mesures drastiques pourraient également être prises sur Flobecq. «Si je constate une compensation, un afflux accru lié au lock-down de Brakel, je procéderai de la même manière. J’imposerai un lock-down localisé et ponctué, aux endroits fréquentés par les habitants de Brakel. Il est impératif que les gens agissent de manière sérieuse. Nous avons connu 30 décès suite à la pandémie dans notre petite commune, nous ne voulons pas revivre cela», insiste le bourgmestre.