MÉDIA

Bel RTL averti par le CSA, la RTBF attend la décision d’une instruction

Bel RTL averti par le CSA, la RTBF attend la décision d’une instruction

stock.adobe.com

Bel RTL écope d’un avertissement du Conseil supérieur de l’audiovisuel pour diffusion sonore du supplice de Valentin Vermeesch. Le CSA a aussi ouvert une instruction au sujet de la vidéo de la mort de Georges Floyd diffusée lors d’un JT.

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a décidé le 9 juillet dernier d’adresser un avertissement à la société INADI pour avoir diffusé des extraits sonores, sur son service Bel RTL, de la torture infligée au jeune Valentin Vermeesch peu avant son assassinat, indique l’instance sur son site internet vendredi.

«Malgré le travail journalistique sérieux encadrant ces extraits et une volonté de l’éditeur de faire œuvre pédagogique avant tout, la diffusion des extraits du supplice de la victime, le montrant dans une position de faiblesse extrême et de réification peu avant son assassinat, a porté atteinte à la dignité de Valentin Vermeesch et, partant, à la dignité de toute personne humaine», a estimé le CSA après avoir entendu les arguments du diffuseur.

Le CSA encourage le diffuseur à être particulièrement attentif, à l’avenir, «à la nécessaire balance à opérer entre le droit à l’information et le respect de la dignité humaine».

Que s’est-il passé?

Le 9 mai 2019, Bel RTL avait diffusé sur son antenne des extraits sonores d’une vidéo présentée à huis clos dans le cadre du procès d’assises des accusés de l’assassinat de Valentin Vermeesch. On pouvait y entendre, et voir, certains des sévices infligés à la victime.

Une série de plaintes avaient alors été adressées au CSA pour reprocher à Bel RTL d’avoir diffusé ces extraits, notamment en raison de leur impact pour la victime et sa famille, ainsi que de la protection des publics. Les plaignants s’interrogeaient aussi sur leur intérêt informatif.

Le CSA avait estimé que la séquence était susceptible de porter atteinte à la dignité humaine et d’enfreindre ainsi l’article 9 du décret sur les services de médias audiovisuels.

Le Conseil de déontologie journalistique (CDJ) avait également estimé les plaintes partiellement fondées, dans un avis rendu un avis public le 19 novembre 2019. Pour l’organe, les extraits en cause portaient atteinte à la dignité humaine et faisaient intrusion dans la douleur des personnes. Le CSA a ensuite poursuivi son instruction.

Vidéo de la mort de Georges Floyd diffusée par la RTBF: le CSA ouvre une instruction

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a ouvert une instruction au sujet de la diffusion de la vidéo de la mort de George Floyd au journal télévisé de la RTBF, le 29 mai dernier dans son édition de 19h30, indique-t-il vendredi.

«Le reportage a manifestement été diffusé sans avertissement préalable de la part du présentateur», relève le CSA, après avoir reçu une plainte. L’arrêté relatif à la protection des mineurs stipule pourtant que «dans les journaux télévisés, le présentateur doit faire un avertissement oral en cas de scène susceptible de nuire à l’épanouissement physique, mental ou moral des mineurs».

La diffusion de la vidéo pose aussi question au regard du décret sur les services de médias audiovisuels, précise le CSA.

Son secrétariat d’instruction a donc adressé une série de questions à la RTBF dans le cadre de l’instruction. Si, à l’issue de l’enquête, il conclut qu’une infraction est potentiellement constituée, il déposera un dossier d’instruction devant le Collège d’autorisation et de contrôle du CSA. Celui-ci décidera de notifier, ou non, un grief à l’éditeur. Le cas échéant, le collège prendra une décision finale sur le dossier, après avoir entendu les arguments de la RTBF.

Nos dernières videos