STREAMING

Amazon Prime Video corrige une de ses 5 failles

Amazon Prime Video corrige une de ses 5 failles

Une nouveauté attendue de longue date fait son apparition dans l’interface du service Amazon Prime Video. Capture d’écran

Le service de streaming d’Amazon rattrape une partie du retard concédé au concurrent Netflix.

Le service de streaming Amazon Prime Video ajoute enfin une fonction essentielle à son interface: la création de profils. Mieux vaut tard que jamais. Il est désormais possible de créer «un profil principal par défaut et cinq profils supplémentaires adulte ou enfant» via l’application et le site Internet.

C’est la fin de la liste unique et anarchique des favoris. Chaque profil gère en toute indépendance sa liste de films et de séries à regarder prochainement. Bémol, la personnalisation du profil est limitée à deux critères: le nom et le type (adulte ou enfant).

Si le profil enfant se fait fort de restreindre l’accès aux programmes réservés aux moins de 12 ans, le contrôle parental est, hélas, alambiqué à configurer.

Amazon Prime Video corrige une de ses 5 failles
Deux critères définissent chaque profil: le nom et le type (adulte ou enfant). Capture d’écran

Bref, Amazon Prime Video corrige assez paresseusement la faille du profil unique. Plus généralement, les failles en attente d’une correction sont monnaie courante sur la plate-forme. Retrouvez ci-dessous les 4 défauts les plus irritants toujours présents.

1.Sous-titres et micmac linguistique

Le catalogue belge d’Amazon Prime Video est truffé d’incohérences et d’absences linguistiques. En ligne de mire: au mieux, l’absence de sous-titres français; au pire, l’absence du doublage et des sous-titres français.

Premier exemple: les 8 saisons de la série policière Monk sont privées de sous-titres français. Deuxième exemple: les 8 films de la saga Harry Potter sont uniquement diffusés en anglais et en néerlandais.

Amazon Prime Video corrige une de ses 5 failles
Les films de la saga Twilight sont également privés de sous-titres et de doublage français. Capture d’écran

2.La disponibilité des saisons

Sur certaines séries populaires, Amazon Prime Video est anarchique et désordonné à l’heure de gérer la disponibilité des saisons. Il n’est pas rare que le service vous proposer de cliquer sur une saison, avant de préciser «Ce programme n’est actuellement pas disponible depuis votre zone géographique».

Exemple:NCIS. Sur la fiche de la série policière, Amazon propose les saisons 9, 10, 11, 12, 13, 16 et 17 du show. C’est largement incomplet. Encore plus lorsque l’on découvre que les saisons 16 et 17 ne sont pas disponibles «depuis votre zone géographique».

Amazon Prime Video corrige une de ses 5 failles
La série NCIS est largement incomplète sur Amazon Prime Video. De nombreuses saisons manquent à l’appel. Capture d’écran

3.La publicité

C’est une drôle d’habitude. Amazon Prime Video adore injecter un spot publicitaire juste avant l’épisode ou le film que vous souhaitez visionner.

Certes, il est possible de zapper cette pub. Certes, Amazon se borne à promouvoir l’un de ses programmes. Ça n’en reste pas moins un parasite dans l’expérience du streaming payant habituellement libéré de toute forme d’entrave publicitaire.

4.Le catalogue

Parent pauvre de son équivalent français, le catalogue belge d’Amazon Prime Video est étriqué, avare en nouveautés et en exclusivités. Fers de lance du concurrent Netflix, les exclusivités, les programmes produits pour et par Amazon, sont injectées au compte-gouttes.

La richesse et la diversité du catalogue sont tout aussi problématiques. Il suffit de cliquer sur une catégorie précise comme Séries policières pour prendre conscience de l’étroitesse de la sélection.

Amazon Prime Video corrige une de ses 5 failles
Même en y intégrant des séries qui ne correspondent pas au thème (comme Dietland), la catégorie Séries policières est pauvre sur Amazon Prime Video. Capture d’écran

Nos dernières videos