ANVERS

Décès d’Akram après son arrestation: un premier examen indique une consommation d’amphétamines

Décès d’Akram après son arrestation: un premier examen indique une consommation d’amphétamines

Illustration ÉdA

Un premier examen médico-légal pratiqué sur le corps de l’homme âgé de 19 ans décédé dimanche après son arrestation par la police à Anvers a révélé la présence d’amphétamines, a indiqué mardi le parquet qui n’a jusqu’à présent pas été en mesure de révéler la cause du décès.

L’homme âgé de 29 ans, un résident de Molenbeek-Saint-Jean, est décédé dimanche, après avoir été arrêté par la police. Lors de son interpellation, il a fait un arrêt cardiaque. Il est décédé un peu plus tard à l’hôpital, selon la police locale.

La police anversoise avait été appelée dimanche après-midi, car l’homme se comportait de manière agressive, sur une terrasse près de la gare. Il aurait mis une drogue dans son propre verre, juste peu avant les faits.

«Les personnes présentes déclarent que l’homme frappait les gens et jetait le mobilier de la terrasse autour de lui», avait expliqué le porte-parole de la police Sven Lommaert. «Nos équipes sont arrivées sur place, l’ont maîtrisé et plaqué au sol. Il continuait à se débattre, donc les agents lui ont tenu les jambes. Ils ont constaté qu’il était probablement sous l’influence de drogues et ont appelé les services de secours.»

À l’arrivée de l’ambulance, l’homme aurait soudain arrêté de résister. Malgré une intervention à l’hôpital de Middelheim, l’homme est décédé le soir, aux soins intensifs.»

L’indignation sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, l’intervention policière et les images qui tournent ont suscité beaucoup de critiques. Sur la vidéo, on voit montre un homme allongé sur le sol et retenu par deux inspecteurs de police. La légende indique que la police aurait étouffé l’homme, ce qui n’apparaît pas sur les images. «Ma meilleure amie a assisté au drame», peut-on lire sur la vidéo diffusée sur Twitter.

La mère de la victime a quant à elle réfuté sur Twitter le fait qu’Akram était drogué en diffusant une vidéo de son fils filmé le jour même:

Ce lundi matin, de nombreuses personnes ont exprimé leur colère sur les réseaux sociaux avec le hashtag #murderinAntwerp et manifesté leur soutien à la famille avec #justiceforAkram.

Nos dernières videos