DÉCÈS

Émile Alomaine, icône du sport gembloutois

Émile Alomaine, icône du sport gembloutois

EdA

Une figure emblématique de la cité des Couteliers vient de disparaître: Émile Alomaine n’a pas survécu longtemps au décès de son épouse Irène Hecq.

Il est un des plus jeunes de fratrie Alomaine qui s’est illustrée dès après la fin de la guerre 40-45, d'abord dans le club de gymnastique (La Spartiate) dont les nombreuses prestations dans les villages attiraient les foules. Et ensuite avec le club d’athlétisme du CS Gembloux animé par la famille.

Employé de banque à Bruxelles et toujours célibataire, après le cross-country, Émile se tourne vers la marche de compétition, notamment le grand fond. Quatre fois vainqueur des 200 km de Narbonne, épreuve sélective à Strasbourg-Paris, il y participe dès 1971 avec une 4e place, récidivant en 1973, avant de se classer deux fois 2e en 1975 et 1976 (l’inoubliable année de la canicule). Il prend encore une 7e place en 1978, déjà âgé de 53 ans.

Alors que l’heure de la retraite a sonné, Émile s’affilie avec son épouse au TT Sauvenière. À 65 ans, il entame ainsi une carrière de pongiste. Le couple peut compter sur Robert Heylen pour les entraînements hebdomadaires à domicile. Émile va collectionner les titres provinciaux dans la catégorie vétérans et participera à dix championnats d’Europe. Un fameux record. Le Gembloutois a également siégé au comité provincial namurois, avec la responsabilité de la propagande. Une tâche assumée avec beaucoup de sérieux. Durant cette période, il coiffe la casquette de président de la commission provinciale des vétérans. Il est décédé dimanche à l’âge de 95 ans. À sa famille, et à ses proches, notre journal présente ses sincères condoléances.

Nos dernières videos
-->