BELGIQUE

Conseil national de sécurité: pas d’assouplissement des règles, un nouveau CNS la semaine prochaine

Le nouveau Conseil national de sécurité (CNS) qui a débuté à 8h s’est terminé en fin de matinée. La conférence de presse de la Première ministre a débuté à 13h. Aucun changement n’a été annoncé.

La Première ministre Sophie Wilmès a commencé sa conférence de presse en rappelant l’importance du port du masque et pourquoi celui-ci a été rendu obligatoire dans divers lieux depuis ce samedi.

Selon les derniers chiffres diffusés par l’Institut de santé publique Sciensano, le nombre de nouvelles infections a progressé de 8% durant la période allant du 5 au 11 juillet par rapport à la semaine précédente.

Le taux de reproduction du coronavirus (ou R0, qui indique combien de personnes sont infectées par une personne contaminée) est (re)passé au-dessus de un, selon le groupe d’experts sur la stratégie de sortie de crise du Covid-19 (GEES), a ajouté la Première ministre.

Pas de décision, mais un nouveau CNS

La phase 5 du déconfinement, qui pourrait débuter le 1er août, a été évoquée mais sera rediscutée la semaine prochaine, le 23 juillet, selon l’évolution de l’épidémie de coronavirus.

«La situation ne doit pas se détériorer», a martelé la Première ministre. Actuellement, le nombre d’infections augmente et le taux de reproduction est supérieur à 1, ce qui signifie que le virus reprend vigueur. «Ce n’est pas bon», a-t-elle dit.

Au vu de ces éléments, aucun changement dans les règles n’a été annoncé. La règle des 15 contacts par semaine reste donc la norme pour chaque foyer.

Le travail continue

«Nous continuerons cependant le travail les prochains jours pour les secteurs qui sont encore à l’arrêt et qui attendent des perspectives», a poursuivi la cheffe du gouvernement fédéral, en citant la reprise des activités de la vie nocturne.

Mais elle a rappelé que ce genre d’activités était considéré comme des «superspreader events» (événements «super infecteurs», très propices à la propagation du virus).

«Ce n’est qu’au moment où la situation sanitaire sera réellement stabilisée que l’on pourra envisager cette reprise», a expliqué Mme Wilmès. Elle a prévenu qu’il n’était pas question pour les autorités d’autoriser des comportements dangereux pour la santé publique, comme des «apéros bondés dans les bars ou les cafés» ou «des fêtes improvisées».

«Il n’y a pas de raison d’exclure des reconfinements locaux», a également prévenu la Première ministre.

Préparé pour une 2e vague

Sophie Wilmès a encore assuré que la Belgique se préparait à une potentielle deuxième vague de la pandémie. «La Belgique d’aujourd’hui n’est plus celle de février (au début de l’épidémie)», a-t-elle affirmé en insistant sur l’expertise «impressionnante» acquise entre-temps et sur la coopération inédite qui s’est instaurée entre les différents niveaux de pouvoir.

En matière de testing, la Belgique figure dans le «Top 10 mondial» par million d’habitants, s’est-elle réjouie en annonçant le maintien de cette capacité à 30.000 à 45.000 tests journaliers en septembre et davantage en octobre.

Le stock stratégique de masques comprendra fin août 200 millions de masques chirurgicaux, 33 millions de FFP2 et cinq millions supplémentaires de masques en tissu – en plus de ceux disponibles en pharmacies.