FOOTBALL

Arbitre agressé lors du match Elsaute - AS Verviers (U14): l'auteur des faits condamné, l'ACFF salue le jugement

Arbitre agressé lors du match Elsaute - AS Verviers (U14): l'auteur des faits condamné, l'ACFF salue le jugement

Des faits d’une rare violence qui ont été sanctionnés. Eda

L’homme qui avait agressé l’arbitre du match U14 Elsaute - AS Verviers vient d’être condamné par la justice. L’ACFF s’en réjouit.

On le sait: notre football manque d’arbitres et ce n’est pas franchement un hasard. Outre la difficulté de la tâche, ce rôle suppose de nombreuses contraintes et la violence verbale venant parfois des bords de terrain n’aide en rien. Pire: certains (marginaux, heureusement) vont jusqu’à franchir la ligne et c’est physiquement que l’homme en noir est alors agressé.

C’est ce qui est arrivé à A.C. (initiales), arbitre du match U14 opposant Elsaute à l’AS Verviers le 15 septembre 2019. Une rencontre sans enjeu, puisque ce matin-là, certains joueurs du club verviétois avaient oublié leur carte d’identité. Si la victoire était assurée aux Elsautois, il a tout de même été décidé de faire jouer le match dans le seul intérêt ludique des enfants.

Seulement voilà: sur un coup de sifflet de l’arbitre sanctionnant la simulation d’un joueur de l’AS Verviers, le frère de celui-ci s’est emporté. C’est peu dire. Furieux et contestant la décision de l’arbitre, H.G. (initiales), est monté sur le terrain pour asséner un coup de poing au visage de l’arbitre, âgé de 20 ans.

H.G., 21 ans au moment des faits, a pu être calmé par les entraîneurs et délégués. Sous le choc, le jeune referee a eu la mâchoire fracturée suite à ce coup de poing, ceci entraînant une incapacité de travail de plusieurs jours.

Amende et potentielle peine de prison

«Le tribunal de Première Instance de Liège, division Verviers, vient de rendre un jugement très intéressant à cet égard. L’auteur des coups du match cité ci-dessous a été condamné à une peine de 80 heures de travail (ou à une peine de prison de 8 mois) et à une amende de 400 euros avec sursis. Il est également condamné à verser 750 euros à la victime, qui s’était constituée partie civile» explique l’ACFF, l’aile francophone de notre football, qui a tenu à ce que ces actes ne restent pas impunis. «Des faits similaires se sont produits trop souvent au cours des dernières années et ont contribué à la désaffection du nombre d’arbitres, avec toutes les conséquences que cela implique pour le football et ses pratiquants. L’ACFF ne pouvait pas ne pas réagir. D’autant qu’elle lance en ce moment une grande campagne de recrutement d’arbitres. Elle a donc décidé d’aider ses arbitres victimes de coups à ester en justice et de se constituer elle-même partie civile.»

David Delferière, président de l’ACFF, se dit «particulièrement heureux de ce jugement». Les instances ne comptent d’ailleurs pas en rester là. « Nul doute que l’ACFF continuera à poursuivre sans relâche les auteurs de ce genre d’actes qui ternissent grandement la réputation du football.»

En espérant que ce genre de jugement ramène un peu de sérénité sur les pelouses et en dehors.