MOBILITÉ

La réforme européenne du transport routier présente un déséquilibre pour la Belgique

La réforme européenne du transport routier présente un déséquilibre pour la Belgique

Febetra estime qu’à côté des bons points, la réforme du transport routier présente des inconvénients pour la Belgique. Belga (Illustration)

Après l’adoption ce mercredi par le parlement européen de la réforme du transport routier, la fédération du transport Febetra estime qu’à côté des bons points, certaines dispositions présentent des inconvénients pour la Belgique.

«Les règles actuelles déterminent qu’après un transport international, on peut effectuer au maximum trois trajets de cabotage durant sept jours. Les nouvelles règles y ajoutent une période de carence de quatre jours. De ce fait, après trois trajets de cabotage, les chauffeurs ne peuvent plus effectuer de trajets de cabotage dans l’État-membre concerné durant quatre jours. Vu que les transporteurs belges se rendent principalement vers les pays limitrophes, ils ne peuvent plus effectuer de transports sur le chemin du retour et ils doivent revenir à vide», explique Isabelle De Maegt, porte-parole de la Febetra.

«Nous nous sommes battus pour une exemption de la période de carence lorsque le véhicule retourne à sa base. Hélas, nous avons eu peu de soutien des autres pays. Vu que le transport international belge est possible de par le cabotage (transports nationaux effectués par des transporteurs d’un autre État-membre, NDLR), je suppose que les transporteurs belges se replieront encore plus sur notre marché intérieur après l’introduction de la réforme».

La Febetra se félicite du changement pour les camionnettes d’une MMA de plus de 2,5 tonnes qui roulent en international. Celles-ci devront non seulement disposer d’une licence de transport, mais elles devront tenir compte des temps de conduite et de repos et de l’installation obligatoire d’un tachygraphe. «Il s’agit cependant d’une étape importante pour le secteur», estime Philippe Degraef, directeur de la Febetra. «Nous sommes partisans de règles du jeu équitables. Nous ne pouvons qu’applaudir le fait que les règles générales de notre secteur soient enfin d’application pour tout le monde. En outre, un contrôle supplémentaire de ceux qui peuvent effectivement devenir transporteur et du temps que le chauffeur conduit, a un effet positif sur la qualité du service et la sécurité routière.»