PHOTOS | Motion de défiance à Celles: «J’étais le bourgmestre ff, vous serez le bourgmestre non-élu»

Dans une ambiance délétère, la passation de pouvoir entre Yves Willaet et Michaël Busine s’est déroulée ce mardi soir à Celles.

C’est historique en Wallonie picarde. Pour la première fois, une motion de méfiance est passée dans un conseil communal. C’est à Celles que s’est déroulé ce triste épisode politique. Depuis mardi soir, Michaël Busine est donc le nouveau bourgmestre, au détriment d’Yves Willaert. Pierre Lejeune perd également son poste d’échevin. Le groupe Objectif Citoyen profite de son nouveau partenariat avec le MR pour faire monter Jean Delestrain et Carine Breda au Collège. Alain Huvenne prend, lui, la présidence du CPAS. Une passation de pouvoir qui s’est déroulée, comme vous l’imaginez, dans une ambiance tendue. Les comptes ont été réglés.

Pierre Lejeune a regretté qu’on le considère comme «un dommage collatéral. Assumez vos actes s’il vous plaît». L’échevin part la tête haute, n’ayant rien à se reprocher. « J’ai travaillé dans l’intérêt des Cellois et je continuerai. On se revoit dans quatre ans». Yves Dumonchaux était, lui, remonté sur Anne Debouverie «qui a soufflé le chaud et le froid dès son éviction du collège, rendant le travail impossible. C’était une euthanasie politique. J’espère que vos deux colistiers pourront s’en remettre un jour».

C’est ensuite froidement qu’Yves Willaert a pris le micro pour un discours assassin faisant état d’un acte de trahison. Extraits. «Que nous reproche-t-on? En réalité, pas grand-chose, croyez-moi! Les élus MR, majoritaires dans notre groupe digèrent mal la perte du mayorat au soir des élections 2018 ainsi que notre présence et travail durant la crise sanitaire… Mais vous, les autres membres du collège, où étiez-vous? Que faisiez-vous pour notre population? Certains étaient même confinés chez eux sans se soucier nullement de leurs citoyens» L’ex-maïeur fait notamment état de la saga sur les masques.

«Déposer une motion de méfiance à la sortie d’une crise Covid-19 à laquelle personne n’était préparé, est particulièrement odieux, lâche et déshonorant pour vous.»

Le socialiste a conclu. «Nous partons la tête haute en laissant une commune avec un budget en boni et des projets déjà sur les rails. Nous avons été présents pour les Cellois et nous continuerons à l’être ».

 

«J’ai refusé deux fois le poste»

Avant de prendre son nouveau poste de maïeur et de diriger la fin de la séance, Michaël Busine a tenu à se défendre des attaques à son encontre. «Vous parlez de la frustration d’un homme qui n’a pu obtenir le poste. Mais je vous rappelle que je l’ai refusé à deux reprises. Si j’avais vraiment une ambition personnelle, j’aurais lâché mon poste de président du CPAS. Mais j’ai privilégié la vision de groupe et j’ai préféré continuer le travail entamé à ce niveau. Je n’ai pas voulu lâcher le bateau quand il était attaqué de toutes parts. Quand on nous disait partout que nous n’arriverions pas à remplir les objectifs. Je vois tout de même que les décisions qui ont été prises à l’époque étaient les bonnes. Je tenais quand même à le rappeler.

Pour la gestion de la crise Covid-19, nous allons aussi privilégier la vision de groupe, par le biais d’une commission, et non individualiste. C’est peut-être cela la différence entre nous et vous».

 

 

«La confiance est rompue»

Véronique Durenne n’a pas apprécié qu’on remette en doute sa loyauté. «En 2015, il y a eu des problèmes internes au sein du MR, on ne le cache pas. À ce moment, nous vous avons fait confiance. On vous a laissé travailler en sachant qu’on perdrait le mayorat. Car vous aviez la visibilité. Pour moi, cela s’appelle de la loyauté. […] Vous savez comme moi qu’il faut une majorité pour pouvoir avancer dans les dossiers. Ici, c’était devenu ingérable. On était bloqué pour tous les projets à long terme. Il fallait agir.

Vous parlez de confiance. Il est vrai qu’elle s’est détériorée à cause d’un manque de sérénité voire de respect. Elle a été totalement rompue suite à l’instruction judiciaire entamée autour d’un dossier».

 

Les discours complets sont visibles en vidéo sur notre page Facebook L’Avenir Wallonie picarde