Voici le temps des jobs étudiants

Federgon

Même si la part des étudiants jobistes qui travaillent au long cours (toute l’année) ne cesse de se renforcer, les mois d’été restent une période privilégiée pour les « petits boulots ».

Le phénomène du travail étudiant

De plus en plus d’étudiants ont un réel besoin de ces rémunérations pour assurer leurs besoins vitaux d’étudiant. Signe d’une paupérisation ou opportunité qui permet à un nombre plus large de jeunes d’accéder aux études ? Les recherches sur le sujet ne tranchent pas.

Les étudiants sont aussi devenus une main-d’œuvre vitale pour les entreprises. Non pas tant par un large phénomène de substitution entre emplois salariés « classiques » et « jobistes », mais bien parce que les jobistes sont un instrument de flexibilité. Et par les temps qui courent, être flexible n’est plus un choix. Il faut être agile et habile sous peine de disparaître. Les étudiants s’accommodent mieux de cela que d’autres travailleurs. Par exemple, les horaires décalés ou le travail dominical sont/est en général mieux accepté(s) par les étudiants. Et pendant l’été aussi. Selon qu’il fera beau ou pas, l’Horeca, le tourisme auront des besoins variables de main-d’œuvre. C’est également vrai dans l’industrie de la transformation de la viande ou nombre d’autres activités.

Bosser, mais pourquoi ?

Dans un marché de l’emploi qui recherche des individus dotés de « soft skills », l’expérience du job étudiant est un atout précieux. C’est l’occasion de se confronter à des exigences qui sont celles de la vie au travail et dont beaucoup de demandeurs d’emploi sont démunis : respect de l’autorité du chef direct, ponctualité, respect strict des règles d’hygiène, politesse et serviabilité envers tout client, etc.

Est-ce trop tard ?

Il n’est jamais trop tard pour chercher du travail, surtout étudiant. Les besoins vont et viennent. Mais il va de soi que nombres de postes sont déjà pris. Où chercher ? En déposant son CV dans les entreprises de ses environs et, surtout, en n’oubliant pas d’aller à la rencontre des agences de travail intérimaire dont le travail étudiant représente une grosse part de l’activité.

Et le COVID ?

Le travail étudiant est, lui aussi, affecté par la crise actuelle. Divers prévisionnistes annoncent une chute de près de la moitié des postes. Néanmoins, cette chute dépend d’un grand nombre de facteurs : la vivacité du virus, le temps qu’il fera, la santé des entreprises, etc.

Travailler en ces circonstances montrera la volonté de l’étudiant de réussir à trouver un poste, alors qu’il y en a moins, et de travailler malgré les difficultés pratiques que posent les mesures sanitaires. Ce sera un atout supplémentaire pour le CV.

Quelles sont les règles applicables ?

Le travail étudiant se caractérise par des évolutions régulières de la législation. La prudence incite à ne pas se fier aux informations qu’Oncle Louis ou Cousin Kevin pourrait vous donner sur la base de son expérience personnelle. Personnellement, je me fie au site développé spécialement à cet effet par le Service Public Fédéral Sécurité Sociale : https://www.mysocialsecurity.be/student/fr/a-propos-travail-etudiant/index.html

Articles proposés par nos partenaires