HAREN

12 moutons, 4 chèvres et un chien «nourris de vieux pain pourri» saisis dans «une ruine crasseuse» à Haren

12 moutons, 4 chèvres et un chien «nourris de vieux pain pourri» saisis dans «une ruine crasseuse» à Haren

Photo d’illustration Marieke IJsendoorn-Kuijpers sous licence CC BY 2.0

12 moutons, 4 chèvres et un chien ont été saisis à Haren. Ils étaient détenus dans de très mauvaises conditions. Ce n’est pas le premier coup de ce propriétaire.

L’association Le Rêve d’Aby a été appelée vendredi pour prendre en charge plusieurs animaux détenus dans de très mauvaises conditions chez un particulier à Haren, a-t-elle communiqué lundi. La zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles a confirmé à Belga avoir effectué vendredi vers 10h00 un nouveau contrôle chez un individu à Haren qui avait déjà été contrôlé en infraction à la loi sur le bien-être animal, et avoir fait appel à des refuges pour emmener les animaux en danger.

«Douze moutons et quatre chèvres ont été hébergés au Rêve d’Aby. Pour le chien, un autre refuge a été trouvé», a déclaré Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles. Celle-ci a confirmé qu’il ne s’agissait pas du premier contrôle chez ce propriétaire d’animaux. «Un procès-verbal a été établi et transmis au parquet de Bruxelles».

Le refuge Le Rêve d’Aby a indiqué que les animaux étaient détenus sur un terrain jonché de détritus et d’objets dangereux. «Leur abri n’était qu’une ruine crasseuse et dangereuse. Le chien était détenu dans un chenil à ciel ouvert, dans ses excréments. Les animaux étaient contraints de vivre dans la crasse et ils n’étaient nourris que de vieux pain pourri», a décrit l’association.

«C’est la troisième saisie effectuée sur ce terrain. Le propriétaire, connu pour son agressivité, a dû être maintenu à l’écart par la police pour garantir la sécurité de l’équipe du refuge. Malgré les deux saisies précédentes, en août 2018 et en janvier 2019, le pseudo marchand s’évertue à détenir des animaux dans des conditions exécrables», a-t-elle dénoncé, ajoutant que le constat du vétérinaire est accablant concernant l’état de santé des animaux. Des dizaines de chèvres et moutons ont déjà dû être retirés de l’endroit.

L’association a déclaré qu’elle et plusieurs autres se constitueront partie civile contre le suspect.


Nos dernières videos