MUSéE

Le musée du Louvre et la mode à Paris redémarrent, mais l’affluence est pour plus tard

Le musée du Louvre et la mode à Paris redémarrent, mais l’affluence est pour plus tard

Les premiers visiteurs pourront entrer à partir de 9 h 00 dans le musée. Photo News

Après trois mois et demi de fermeture le Louvre, musée le plus visité au monde, rouvre lundi à Paris ses portes au public mais sans l’affluence des grands jours, en attendant le retour des visiteurs étrangers. Dans la capitale française, démarre aussi lundi la semaine de la mode dans un format virtuel et sans défilé pour la première fois.

C’est une reprise dans l’impatience, l’appréhension et l’espoir pour la direction et les personnels du grand musée qui a perdu plus de 40 millions d’euros de recettes durant le confinement et se voit privé des foules habituelles de touristes américains, chinois, coréens, japonais, brésiliens...

75% du public du musée est habituellement formé d’étrangers. Mais pour l’instant seuls les Européens des pays proches pourront commencer à revenir, sans doute au compte-gouttes au début. Le musée n’avait jamais fermé si longtemps depuis la deuxième Guerre mondiale.

La direction s’attend à trois années difficiles, sachant que le total des billets vendus en 2020 sera très loin du record de plus de dix millions atteint en 2018.

Les premiers visiteurs pourront entrer à partir de 9 h 00 dans le musée. Tout le dispositif a été longuement étudié pour éviter tout incident sanitaire. Mais les équipes logistiques se montrent confiantes car les lieux sont très spacieux.

La Joconde, la Victoire de Samothrace, la Liberté guidant le peuple, le Radeau de la méduse, la Vénus de Milo, les bijoux de la Couronne et autres merveilles... Les salles les plus fréquentées seront ouvertes de même que celles abritant des collections très populaires auprès du public de la région parisienne comme les Antiquités de l’Égypte, de la Grèce et de Rome.

Sous la grande verrière de la Pyramide de Ieoh Ming Pei, le brouhaha et l’aimable cohue ne seront pas au rendez-vous. Les vestiaires resteront fermés. De même que les distributeurs automatiques.

Soucieux de la situation difficile des guides-conférenciers indépendants, le musée a choisi d’accepter les groupes de 25 personnes maximum, qui devront être équipés de casques et de micros. Et il mènera diverses actions de médiation auprès des familles et des jeunes publics.

Lundi, démarrera à Paris pour la première fois de son histoire la semaine de la mode sans défilé, de manière virtuelle.

Dès le premier jour, Dior placera la barre très haut: la collection haute couture sera dévoilée dans une mise en scène onirique de Matteo Garrone, réalisateur de «Dogman» et «Gomorra» qui ont été récompensés à Cannes. Un exercice nouveau pour les designers, bouleversés par les changements induits par l’épidémie du coronavirus et privés de podiums.

Hermès en a donné le ton dimanche en présentant sa collection homme dans une performance artistique filmée en temps réel par le metteur en scène de théâtre Cyril Teste, dans les ateliers de la maison, à Pantin près de Paris.

La créatrice vietnamienne Xuan Thu Nguyen explique à l’AFP que la «vidéo artistique» de sa marque Xuan, plutôt que de montrer toute la collection, sera «un teasing» pour entraîner les spectateurs dans son univers. «Si vous n’avez rien, même pas d’électricité, vous pouvez toujours créer», estime-t-elle.

«Show must go on», résume pour sa part à l’AFP le couturier Stéphane Rolland. La haute couture, évènement très select et exclusivement parisien qui promeut le fait main et les savoir-faire rares avec des pièces oeuvres d’art, durera trois jours et sera suivi de la Fashion week homme jusqu’au 13 juillet.



Coronavirus : le bilan en Belgique
Nos dernières videos