PROVINCIALE 1

Faimes continue de grandir pas à pas

Faimes continue de grandir pas à pas

En haut, de gauche à droite: Luc Ernes (entraîneur), Étienne Cartuyvels (bourgmestre), Jean-Luc Charlier (délégué), Adrien Willé, Damien Parthoens, Laurent Leisten (délégué), Philippe Hanoset, Gauthier Simon, Loic Houart, Jean-Michel De Sart (T2), Amélie Vandevenne (kiné), Laurent Mullens (comité), Jean-Marc Delchambre (échevin), Vincent Mahaux (comité), Nico Rombouts (président). En bas, de gauche à droite : Jordy Eeke, Amaury Hauteclair, Quentin Vanstechelman, Gautier Pier, Clément Minette, Kevin Pirquinne, Hugo Destexhe, Hugues Rihon, Hugo Swerdtfegers, Henri Mailleux, Nicolas Barankiewicz, François Delbrassine. Yves Bircic

Le maintien reste l’objectif numéro un des hommes de Luc Ernes. Mais le club progresse bien et se veut plutôt ambitieux.

«Pour aller en D3, il faut passer par la P1. » Nico Rombouts, le président faimois, a terminé son discours pour lancer la saison 2020-2021 par une petite touche d’humour. Car non, le club hesbignon ne veut pas rejoindre la Nationale. Pas tout de suite en tout cas, même s’il se veut ambitieux après deux montées en quatre ans sous la conduite de Luc Ernes qui aura amené les Verts en P1, une première! «C’est le travail de tout un groupe: les joueurs et le staff, appuie Nico Rombouts. Sans oublier la Commune, les sponsors et les supporters.»

Il est vrai que ces derniers ont toujours répondu présent aux quatre coins de l’arrondissement l’année dernière en P2. Cette année, les déplacements seront parfois bien plus longs, mais au vu de l’engouement lors de la présentation de l’équipe ce samedi soir, les Verts devraient toujours pouvoir compter sur un fameux contingent de supporters.

C’est donc avec un peu de retard, si l’on peut dire ça comme ça après la défaite cruelle face à Melen il y a un an, que Luc Ernes a mené ses troupes au sommet du foot provincial liégeois. Une série que «Pigeon» connaît bien pour y avoir officié de nombreuses années lors de son passage à Beaufays. «C’est une superbe série, mais qui est également très difficile, analyse le coach faimois. Après quatre années avec beaucoup de succès, on va devoir s’habituer à perdre. C’est vrai que nous avions fait nos transferts pour la P2 (NDLR: même si les Brankiewicz, Hanoset, Willé, Mailleux ou encore Mostade, parmi les nouveaux arrivés ont déjà évolué en P1 ou à un niveau supérieur), on part donc un peu à l’aventure, mais je sais qu’on peut faire mal. Par contre, il n’y aura pas de match gagné d’avance. Cela va demander plus de concentration et de préparation.»

Pour cela, le club se «professionnalise» avec l’arrivée d’une kiné diplômée dans le staff, mais aussi la mise en place de scouting. «À ce niveau, cela devient presque obligatoire, lance Luc Ernes. On va quand même essayer de jouer notre jeu, car je n’aime pas m’adapter, mais il faudra quand même parfois le faire. Notre ambition, c’est bien sûr d’aller décrocher le maintien le plus rapidement possible. Mais bon, la Nationale, j’ai envie d’y aller un jour avec Faimes (rires).»

Boutade ou pas, cette dernière phrase témoigne de la vague positive sur laquelle surfe le club depuis maintenant plusieurs années. Et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.