POLITIQUE

Fédéral: les 3 présidents poursuivent leur travail en vue de former un gouvernement

Fédéral: les 3 présidents poursuivent leur travail en vue de former un gouvernement

- BELGA

Les présidents des trois partis gouvernementaux -MR, Open Vld et CD&V – ont annoncé vendredi, à l’issue d’une réunion, qu’ils poursuivaient leur travail en vue de former un gouvernement fédéral.

Les présidents des trois partis gouvernementaux -MR, Open Vld et CD&V – ont annoncé vendredi, à l’issue d’une réunion, qu’ils poursuivaient leur travail en vue de former un gouvernement fédéral disposant d’une majorité à la Chambre et d’élaborer une politique de relance. La question de l’avortement sera abordée dans le cadre de «la délimitation de l’accord de coalition».

Les tensions étaient vives jeudi entre le président des chrétiens-démocrates, Joachim Coens, et ses deux collègues libéraux, Georges-Louis Bouchez et Egbert Lachaert, à propos de la question de l’avortement. Le CD&V s’oppose farouchement à la proposition de loi qu’ont cosignée des députés du MR et de l’Open Vld. Le MR, plus particulièrement, n’a pas voulu donner de consigne à ses députés pour reporter le vote prévu jeudi à la Chambre, fidèle à sa tradition de liberté de vote sur les questions éthiques.

Pour M. Coens, l’avortement est une affaire de gouvernement. Si ses collègues négociateurs laissent le parcours parlementaire de la proposition de loi se poursuivre, il menace de se retirer du trio, prenant le risque de faire une nouvelle fois capoter les négociations gouvernementales.

Vendredi matin, les trois hommes se sont vus. «Après des délibérations approfondies et respectueuses, les trois négociateurs ont décidé […] avec toute leur force de mettre toute leur énergie politique dans la politique de relance et de reconstruction du pays après cette crise corona», dit un communiqué.

Deux priorités

Ils se sont fixé deux priorités: la mise sur pied d’un gouvernement fédéral à part entière disposant d’une majorité à la Chambre, et l’élaboration d’une «politique de relance économique forte et vigoureuse, avec les interventions et les réformes sociales nécessaires».

Le communiqué ne mentionne pas explicitement l’avortement. «Toute autre question sera discutée au cours des négociations et ceci dans le respect mutuel de chaque position», dit le texte qui ajoute que dans le cadre de «la délimitation de l’accord de coalition», plusieurs questions seront abordées, dont celle des dossiers éthiques.

«Pour éviter les discussions sur les votes au Parlement, il est dans l’intérêt de tous les partis d’avoir un gouvernement le plus tôt possible. Ceci assurera la stabilité de notre pays et des institutions», ont conclu les trois présidents.

Interpellé sur Twitter, le président du MR a démenti avoir renoncé au principe de la liberté de vote des députés MR sur les sujets éthiques.

«Ce n’est pas parce que j’accepte d’en discuter que je vais retirer la liberté de vote… moi j’accepte de parler de tout mais le résultat, je ne fais aucune promesse tant qu’il n’y a pas d’accord. Ne pas commenter l’accord avant qu’il n’existe», a expliqué M. Bouchez.

Le temps qui passe sera donc crucial. Vendredi, le président de la Chambre, Patrick Dewael (Open Vld), a demandé dans un courrier au Conseil d’État de se prononcer dans un délai maximum de 30 jours sur les amendements qui ont mené au report du vote sur l’avortement. Il invite toutefois l’institution à tenir compte d’un certain nombre d’éléments, notamment les deux avis déjà rendus ou la demande de certains députés d’un avis en urgence.

La dernière séance avant les vacances est programmée le 16 juillet. Si l’avis était rendu avant cette date, la Chambre pourrait se prononcer sur la proposition de loi dans les jours qui viennent. Un vote favorable des libéraux mènerait à la fin du trio et à une nouvelle rupture dans les discussions gouvernementales. Si l’avis est rendu après cette échéance, la Chambre ne pourrait plus se prononcer d’ici au mois de septembre, ce qui laisserait du temps aux partenaires de conclure un accord de coalition… Accord de coalition qui pourrait préciser qu’il n’y aura pas de réforme éthique sous cette législature ou, à tout le moins, prévoir d’amender sérieusement la proposition de loi sur l’avortement.

En attendant, les discussions en vue de former une coalition se poursuivent. M. Bouchez confiait jeudi son espoir de réunir pour la première fois les 6 partis de l’»Arizona» ce week-end (N-VA, CD&V, Open Vld, MR, sp.a et cdH). Rien de tel n’est annoncé à ce stade. Une réunion doit avoir lieu samedi matin entre les trois présidents et leur homologue du sp.a, Conner Rousseau.