CORONAVIRUS

L’école catholique n’envisage pas de suppression généralisée des examens de décembre 2020

L’école catholique n’envisage pas de suppression généralisée des examens de décembre 2020

Image d’illustration. arrowsmith2 – stock.adobe.com

L’enseignement catholique, qui scolarise la moitié des quelque 900.000 élèves de Wallonie et de Bruxelles, n’envisage pas de renoncer de manière généralisée aux examens de décembre 2020, comme l’a décidé le réseau WBE (Wallonie-Bruxelles Enseignement, ex-Communauté française).

Pour le Secrétariat général de l’enseignement catholique (SeGEC), qui chapeaute tous les pouvoirs organisateurs de l’enseignement libre catholique en Wallonie et à Bruxelles, pareille décision est laissée à la liberté de chaque école.

«Le SeGEC suggère aux directeurs d’êtres attentifs au temps consacré aux évaluations (de décembre), mais cela sera laissé à l’appréciation de chaque école», dit son porte-parole, Conrad Van de Werve.

Dans les colonnes du Soir mardi, Julien Nicaise, administrateur du réseau WBE, annonçait que toutes ses écoles, qui forment quelque 120.000 élèves, feraient l’impasse l’année prochaine sur les examens de décembre. Les semaines ainsi dégagées serviront à renforcer les enseignements après une année scolaire 2019-2020 chamboulée par la crise du coronavirus.

Contacté mardi, le cabinet de la ministre de l’Éducation Caroline Désir (PS) disait n’avoir pas d’avis spécifique sur la décision de WBE, l’organisation d’examens en décembre étant déjà facultative. On rappelait par ailleurs que la mesure était aussi prévue par le Pacte pour un enseignement d’excellence.

Une suppression généralisée des examens de décembre 2020 dans tout l’enseignement obligatoire n’a pas encore été discutée avec l’ensemble des fédérations de pouvoirs organisateurs, les débats s’étant concentrés jusqu’à présent sur l’organisation de la rentrée de septembre, précisait le cabinet Désir.