Opinion

CARTE BLANCHE | « Mandataires, engagez-vous auprès des plus faibles »

CARTE BLANCHE | « Mandataires, engagez-vous auprès des plus faibles »

-

Nous le pressentions depuis longtemps, ces trois derniers mois nous l’ont démontré: notre société, notre «modèle», est fragile et vulnérable… et ce sont les plus faibles d’entre nous qui, une fois de plus et au prix fort, en ont subi et pourraient en subir durablement les conséquences.

Au moment où, à tous les niveaux de pouvoir, on mûrit et met en œuvre des plans de soutien social et de relance économique, nous souhaitons vous adresser ce message. À vous qui êtes les plus proches de la réalité de ce qui se vit sur le terrain et de ceux et celles qui «survivent» aujourd’hui.

La Banque Nationale de Belgique vient de délivrer son verdict: ce sont les ménages aux plus bas revenus, salariés comme indépendants, qui ont été les plus impactés par la crise. Qui ont, plus rapidement que les autres, été envoyés au chômage temporaire voire définitif… et ce avec des conséquences sur leur pouvoir d’achat extrêmement dommageables (1). À ce tableau s’ajoute le baromètre publié par les Assurances NN: plus d’un Belge sur deux n’a disposé d’aucune épargne pour faire face à cette crise dont on ne voit, aujourd’hui encore, pas d’issue certaine (2).

Plus fragiles d’entre les fragiles: la situation des étudiants étrangers, des réfugiés, des migrants, des sans-papiers, des SDF… ceux et celles qui, aujourd’hui, acceptent les emplois précaires et pourtant indispensables au bon fonctionnement de notre société (3).

Dans ce contexte, comme dans d’autres circonstances, ce sont les citoyens et la société civile qui ont tenté de combler bien des trous de notre État-providence soudainement en état de passoire… Celles et ceux qui étaient en première ligne pour confectionner des masques, distribuer des colis alimentaires, assurer l’aide au voisinage. Celles et ceux qui ont continué, malgré les risques sanitaires, à accueillir les réfugiés, les femmes battues… tous ces anonymes qui se débattent dans les tâches «invisibilisées» de notre société. Heureusement tout n’est pas noir: en Brabant wallon, 7 Communes ont ouvert 11 lieux pour héberger 80 migrants alors que 80 autres ont été accueillis dans des familles.

Mandataires communaux et provinciaux du Brabant wallon, c’est à votre tour de vous engager résolument, auprès des plus faibles.

Dans notre province, par exemple, 16 Communes sur 27 ont adopté la motion «Commune Hospitalière» afin de garantir l’effectivité des droits de chacun vis-à-vis des migrants et 20 d’entre elles ont signifié leur opposition au projet de loi relatif aux visites domiciliaires. Aujourd’hui, nous vous invitons à exhorter le gouvernement fédéral à reconnaître l’épidémie mondiale de coronavirus comme circonstance exceptionnelle afin de permettre aux personnes sans-papiers présentes sur notre territoire de régulariser leur situation. Cela permettra non seulement de leur garantir un accès aux services de santé et aux prestations sociales mais aussi de permettre leur contribution pleine à la relance économique locale grâce à l’accès au travail et au contrat locatif.

Plus globalement, les mesures communales et provinciales que vous adopterez pour relancer l’économie et renforcer le pouvoir d’achat de vos habitants se devront d’être ciblées et efficaces. Nous vous invitons à réfléchir à la pertinence de la distribution de chèques de consommation à l’ensemble de la population. Pour la moitié de vos bénéficiaires, cela ne représentera non pas un bol d’oxygène mais juste une aubaine ou une économie ne profitant pas nécessairement à votre commerce local.

Rejoignez, élus et élues du Brabant wallon, les sentinelles du cœur!

À l’initiative d’Anne-Catherine de Nève (Plateforme Citoyenne @BxlRefugees BW), Morgane Donnet (CNCD – 11 11 11 BW), Manon Petit et Stéphane Vanden Eede (CIEP BW ASBL), Isabelle Van Bunnen et Patrick Monjoie (CRIBW ASBL).

Liste à jour des signataires, vos réactions, témoignages et soutiens: http://radio27.be/icilombre.

(1) Le Soir, p.2, 18 juin 2020. (2) La Libre Belgique, p.23, 18 juin 2020. (3) Alter Echos n°40, «Covid-19 le naufrage», mai 2020.

Le titre est de la rédaction.

«Aider ceux qui en ont vraiment besoin» 

Vingt et une associations du Brabant wallon nous ont adressé une carte blanche pour interpeller les mandataires communaux et provinciaux.

«C’est à votre tour de vous engager résolument, auprès des plus faibles», exhortent-elles.

Selon leur analyse, ce sont les plus fragiles parmi les fragiles qui ont été les plus impactés par la crise liée au coronavirus et ses conséquences.

Bien conscientes que les Communes et la Province n’ont pas des moyens extensibles et qu’il y a donc des arbitrages à réaliser, ces associations souhaitent que les mesures d’aide prises à l’heure actuelle par les Communes et la Province soient dirigées vers les plus fragiles d’entre nous.

Ce serait bien plus impactant que d’offrir un chèque consommation à tous les habitants, y compris ceux qui ont été moins touchés par la crise.

Ces associations ont aussi une attention toute particulière envers les sans-papiers, les migrants et les réfugiés. Elles appellent à ce que leur situation soit régularisée pour que ces personnes vulnérables puissent au moins accéder aux droits humains minimaux.