ANIMAUX

Agneaux entassés, agonisants et mal étourdis: L214 dénonce les pratiques d’un abattoir ovin

Dans une nouvelle vidéo choc, l’association de défense des animaux L214 a révélé les conditions déplorables dans lesquelles vivent et sont abattus les agneaux d’un élevage situé à Rodez, dans le sud-ouest de la France.

AVANT DE LIRE

Certaines images diffusées dans cette vidéo sont assez difficiles à regarder. Si vous ne souhaitez pas les voir, nous vous conseillons de ne pas lancer la vidéo ci-dessus.

Habituée aux enquêtes chocs pour sensibiliser les citoyens à la condition animale, l’association L214 s’est, cette fois, intéressée au triste sort réservé à des agneaux aveyronnais.

Dans une vidéo intitulée «La face cachée du Roquefort», le collectif dénonce les pratiques d’un élevage situé près de Rodez (Aveyron), où sont engraissés 120.000 agneaux par an, et d’un abattoir. Les deux structures font partie de la filière du fromage roquefort, produit à partir de lait de brebis.

On peut y voir des agneaux entassés dans des conditions déplorables. Ils y sont enfermés toute leur vie et certains se retrouvent dans un état désastreux: des agneaux boiteux ou malades qui agonisent au sol et meurent par dizaines.

Des animaux égorgés encore conscients

Les agneaux engraissés sont ensuite envoyés à l’abattoir, déjà épinglé pour des «non-conformités majeures» pour l’étourdissement et la mise à mort des ovins en 2016. Et celui-ci ne semble pas avoir changé ses pratiques. «Des animaux reçoivent le choc sans être étourdis. D’autres sont égorgés à vif. Les agneaux se voient mourir les uns les autres. Beaucoup sont suspendus encore conscients sur la chaîne d’abattage», détaille L214.

En plus de porter plainte pour «sévices graves», L214 réclame «la fermeture d’urgence de l’abattoir» et demande aux producteurs de roquefort une modification de leur cahier des charges pour améliorer le sort des agneaux, notamment en leur offrant un accès à l’extérieur durant leur courte vie.

Le ministère de l’Agriculture français suspend l’agrément de l’abattoir

Face à ces images choquantes, le ministère de l’Agriculture a suspendu mercredi l’agrément de la chaîne ovine de l’abattoir de Rodez en annonçant une «inspection complète» des installations.

«Une vidéo publiée ce jour met en cause les conditions de mise à mort des agneaux à l’abattoir de Rodez. Elle montre des pratiques inacceptables avec des manquements graves aux règles de protection animale», indique le ministère dans un communiqué.

«Par conséquent, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume, a demandé, ce jour, au préfet de l’Aveyron la suspension immédiate de l’agrément de la chaîne ovine de cet abattoir», selon la même source.

«Une inspection complète de l’abattoir est programmée ce jour par les services de l’Etat. Les conclusions de cette inspection devront permettre de déterminer quelles suites doivent être données», ajoute le ministère.