GÉNÉRATIONS SOLIDAIRES

Une petite goutte: un service mobile pour les personnes précarisées

Une petite goutte: un service mobile pour les personnes précarisées

Le projet citoyen s’appuie sur l’expérience d’anciens travailleurs de la Croix-Rouge et du secteur de l’aide sociale. © Christian Delwiche

Une petite goutte Namur veut aller à la rencontre des personnes vulnérables et «hors circuits» à bord d’un mobil-home aménagé combinant douche, épicerie sociale et lavoir.

Les bénévoles s’activent à nouveau joyeusement dans la cour de l’ASBL VIVReS à Saint-Servais. La plupart des retraités ont pu reprendre la récolte et le tri des invendus alimentaires en cette période de déconfinement progressif. VIVReS fournit des denrées alimentaires fraîches (produits laitiers, fruits, charcuterie) à 24 associations namuroises qui viennent en aide aux plus démunis. Parmi les bénévoles, un noyau de cinq volontaires a imaginé Une petite goutte Namur, un projet citoyen qui s’appuie sur l’expérience d’anciens travailleurs de la Croix-Rouge et du secteur de l’aide sociale.

Michel Mathy, Jean-Claude Mantez, Marie-Christine Cheron, Gérald Riboux et leurs généreux complices ont imaginé Le 5 en 1 mobile en province de Namur: des services multiples rassemblés dans le mobil-home: colis alimentaires, douche offerte et produits d’hygiène, vêtements propres (machine à laver et séchoir dans une remorque ou une camionnette), aide sociale pour orienter vers des associations et aide administrative pour remplir des documents (répondre aux courriers des huissiers par exemple).

Couvrir un maximum de communes de la province de Namur

Leur objectif: soutenir des personnes «en difficulté de vie» qui sont hors des circuits d’aide habituels (pas de suivi par un CPAS, pas inscrits aux banques alimentaires): personnes sans-abri (vivant notamment dans les bois, carrières…), personnes vivant dans des campings, mamans seules avec enfants, pensionnés, agriculteurs en détresse mais aussi des étudiants et de nombreuses victimes de la crise économique liée à crise sanitaire. «Nous voulons décentraliser tous ces services dans les villages en couvrant les 38 communes de la province de Namur, explique Michel Mathy. Une équipe de bénévoles locaux irait à la rencontre des personnes avec le mobil-home aménagé.»

Depuis avril 2019, le projet prend forme et a déjà convaincu de nombreux partenaires: les CPAS (dont celui de Namur), la Croix-Rouge, Main tendue, Saint-Vincent de Paul… en s’inspirant des expériences menées par Rolling Douche (mobil-home aménagé pour offrir des douches aux sans-abri près des gares bruxelloises) et Bulle (lavoir mobile). «Nous mutualisons nos ressources», se félicite Jean-Claude Mantez.

Il reste maintenant à trouver le mobil-home et la remorque nécessaires mais aussi des bénévoles pour renforcer les équipes déjà mobilisées dans les communes de la province de Namur! Les élèves de l’Institut technique de Namur pourront alors aménager les futurs véhicules (menuiserie, plomberie, électricité). Prêt(e) à aider? Vous pouvez les contacter à l’adresse mails suivante:

Si la crise sanitaire a contraint VIVReS à fermer ses portes durant plusieurs semaines, les bénévoles n’ont pas cessé d’aider. «Nous recevons beaucoup d’appels de personnes en détresse. Nous leur avons livré des colis alimentaires en respectant toutes les règles de sécurité», précise Michel Mathy. L’année passée, VIVReS a récolté, trié, stocké et distribué aux différentes associations 300 tonnes d’invendus alimentaires. 25 bénévoles y œuvrent 6 jours par semaine. «En mars 2020, VIVReS aidait 5 400 personnes. Mi-mai, VIVReS a soutenu plus de 7 000 personnes. Nous avons eu besoin de beaucoup plus de colis alimentaires», précise Jean-Claude Mantez.

Quant à Une petite goutte Namur, l’équipe dynamique a poursuivi les contacts avec les différents partenaires pour concrétiser leur projet.

 

unepetitegoutte.namur@yahoo.com

 

 

Beaucoup de victimes de la crise à soutenir!

Une petite goutte: un service mobile pour les personnes précarisées
© Christian Delwiche
Si la crise sanitaire a contraint VIVReS à fermer ses portes durant plusieurs semaines, les bénévoles n’ont pas cessé d’aider. «Nous recevons beaucoup d’appels de personnes en détresse. Nous leur avons livré des colis alimentaires en respectant toutes les règles de sécurité», précise Michel Mathy.

L’année passée, VIVReS a récolté, trié, stocké et distribué aux différentes associations 300 tonnes d’invendus alimentaires. 25 bénévoles y œuvrent 6 jours par semaine. «En mars 2020, VIVReS aidait 5 400 personnes. Mi-mai, VIVReS a soutenu plus de 7 000 personnes. Nous avons eu besoin de beaucoup plus de colis alimentaires», précise Jean-Claude Mantez.

Quant à Une petite goutte Namur, l’équipe dynamique a poursuivi les contacts avec les différents partenaires pour concrétiser leur projet.