PRESSE

Abonnements L’Avenir: de bons chiffres

Abonnements L’Avenir: de bons chiffres

EdA Mathieu Golinvaux

Les ventes d’abonnements à la presse quotidienne ont fortement augmenté en Belgique pendant le confinement, entre mars et mai, en particulier sur le numérique. La situation des ventes au numéro est plus compliquée. De nombreux points de vente ont en effet fermé plusieurs semaines.

C’est ainsi que votre journal, L’Avenir peut avancer une hausse des abonnements digitaux d’environ 60% en avril et mai, selon son directeur commercial Benoît Rosier. Prudent: «Reste à voir si ces nouveaux lecteurs resteront fidèles. Vont-ils conserver le temps de lecture qu’ils avaient pendant le confinement? Auront-ils le même besoin d’information?»

À noter que ces scores d’augmentation sont à mettre aussi en perspective avec déjà un très haut taux d’abonnement.

Le Soir a multiplié ses ventes d’abonnements par 2,5 en mars et par 4,5 en avril, par rapport à un mois habituel. «La hausse concerne surtout les abonnements numériques, mais le papier a également connu une forte activité», détaille le directeur du Soir, Olivier de Raeymaeker.

À la Libre, la hausse est de l’ordre de 30% entre fin mars et fin avril, indique le directeur général d’IPM Denis Pierrard. La DH, autre titre du groupe, a résisté malgré l’annulation de l’Euro de foot, «un peu rattrapée par le Covid», analyse-t-il.

Tous les éditeurs affirment que le nombre d’abonnés à la version imprimée de leur journal reste stable. C’est surtout le numérique qui croît.

Concernant les ventes au numéro, un marché déjà en baisse en dehors de la crise,

tous les quotidiens ont souffert tout simplement par la fermeture de beaucoup point de vente, mais aussi parce que les navetteurs ne fréquentaient plus ceux qui étaient ouverts tandis que certains habitués ont évité d’aller faire leurs courses. Par contre, les revenus publicitaires de la presse ont fortement diminué en raison de la crise.