BEAURAING

Sanctuaires de Beauraing: le béton sous le podium menace de s’effondrer

Sanctuaires de Beauraing: le béton sous le podium menace de s’effondrer

EdA - 50758751197

Les accès à la crypte Saint-Jean et au podium sont condamnés. Le béton souffre. Des étançons ont été placés.

C’est une tuile pour les sanctuaires de Beauraing. Voilà quelques mois, des failles dans le béton du podium, situé au-dessus de la crypte Saint-Jean, et des soucis d’étanchéité, ont été décelés. «On a remarqué que des petits morceaux tombaient des plafonds dans la crypte. Il y en a eu de plus en plus, précise Christophe Rouard, vice-recteur des sanctuaires. On a fait venir un ingénieur. Il a constaté que la structure était endommagée. Le plafond est en très mauvais état. Il y a des fissures, des trous. Ça devenait dangereux

Sanctuaires de Beauraing: le béton sous le podium menace de s’effondrer
Des étançons ont été placés dans la crypte Saint-Jean, dont l’accès est fermé au public. EdA

Le centre de la crypte, qui accueille chaque jour des pèlerins de passage, mais aussi des célébrations en hiver et le chapelet, est surtout impacté. «On a fait tomber tout ce qui était fragile, on a déménagé tout ce que la crypte contenait et puis on a fermé l’accès

Parmi les objets installés à cet endroit, un chemin de croix en céramique de Max van der Linden et une relique de saint Jean-Paul II (venu en visite à Beauraing en mai 1985). «Elle est placée dans un tabernacle de la chapelle votive, en attendant. On ne peut plus la voir pour le moment

Sanctuaires de Beauraing: le béton sous le podium menace de s’effondrer
EdA

Des étançons ont été posés pour éviter que l’autel de 12 tonnes, placé sur le podium juste au-dessus de la crypte, ne tombe.

L’accès au podium, lui aussi, a été condamné. «Nous avons placé des bancs devant en attendant. Et une barrière végétale, pour cacher et faire en sorte que ce soit plus joli,a été commandée.» Pour pallier le manque d’espace pour les temps religieux, la basilique et la crypte du rosaire sont davantage utilisées.

Des études du bâtiment en cours

Les sanctuaires, gérés par l’ASBL Pro Maria, sont en pleine réflexion. Plusieurs projets sont en chantier.

L’ASBL Pro Maria ne dispose d’aucune aide des pouvoirs publics. L’association, administrée par des bénévoles, vit sur fonds propres et doit faire face, seule, aux travaux d’entretien et autres rénovations. Sans compter les frais de personnel et d’énergie qui pèsent lourd.

La crise du Covid n’a rien arrangé. La fréquentation sur le site a baissé drastiquement et le magasin Pro Maria, qui représente une des sources de rentrées importantes de l’ASBL, est resté fermé de longues semaines.

Sanctuaires de Beauraing: le béton sous le podium menace de s’effondrer
EdA

Dernièrement, de gros travaux ont été réalisés à la chapelle votive, consacrée en 1954. La rénovation du jardin, elle, est toujours en réflexion. Ce probable futur chantier autour du podium et de la crypte Saint-Jean, conçus dans les années 60 par l’architecte Roger Bastin, s’ajoute. Mais autour de ce dernier, l’ASBL se montre mystérieuse. «Une étude est en cours au niveau de l’état du bâtiment, expliquent Jean-Luc Collage, trésorier de l’ASBL et Joël Rochette, recteur. Mais il est prématuré d’en dire plus

Et d’ajouter: «Même si l’état de la crypte était bon, à cause du Covid, nous ne pourrions plus l’utiliser.» D’après les responsables de l’ASBL, «il y a tout un travail qui doit être fait dans le cadre d’un projet plus global.» D’après eux, toutefois, ces problèmes ne remettent pas sérieusement en question la sécurité du bâtiment. «Les problèmes d’infiltration d’eau sont en cours de résolution».

Sanctuaires de Beauraing: le béton sous le podium menace de s’effondrer
EdA

D’après nos interlocuteurs, le financement du jardin, pour lequel un appel aux dons avait été lancé, et les travaux relatifs au podium et à la crypte sont bien distincts. Mais sur ces derniers, mystère, une nouvelle fois. «On en parlera au moment venu. Le financement sera différent. Ce qu’on peut dire c’est que ce qui se passe est providentiel», ajoute Joël Rochette. Et Jean-Luc Collage de conclure: «On attend l’avis de l’architecte pour chiffrer le coût des réparations. À partir de là, nous établirons les plans financiers.» Un futur classement de l’ensemble serait-il à l’ordre du jour?

Pélerinage annulé

Durant le confinement, les sanctuaires se sont montrés très présents sur Internet. « On s’est rendu compte que c’était un travail très important, souligne Christophe Rouard. Beaucoup de pèlerins et de fidèles ont regardé nos vidéos, ont suivi les messes et le chapelet sur Facebook. Nous avons d’ailleurs beaucoup de nouveaux adhérents sur la page des sanctuaires».

Depuis le début du déconfinement, des temps de prière supplémentaires sont mis en place chaque jour, en respectant les mesures sanitaires. À midi, l’Angélus est proposé dans le jardin; à 14 h 15, un chapelet supplémentaire est dit en plus de celui de 18 h 30 et à 15 h, une messe supplémentaire est mise en place. Les messes du dimanche de 12 h et 15 h 45 sont, elles, conservées.

«Ce week-end, les gens sont revenus. Nous avons retrouvé des pèlerins ordinaires. Avant, c’était beaucoup les prêtres, les religieuses. Petit à petit, les sanctuaires sont à nouveau visités

Quant au pèlerinage du 21 août, tout est annulé. «Il y aura toutefois des messes à différentes heures de la journée et les prêtres seront là pour les confessions