BASTOGNE

Abattoir de Bastogne: le ministre Borsus se dit ouvert à une solution coopérative

Abattoir de Bastogne: le ministre Borsus se dit ouvert à une solution coopérative

Série économie: l’abattoir de Bastogne Keywords (Petit Claudy CPET ) ÉdA

Après le retrait, début juin, de l’offre de la famille Swaegers pour la reprise de l’abattoir de Bastogne, le ministre wallon de l’Economie, Willy Borsus, s’est dit «ouvert à un modèle coopératif» regroupant les producteurs locaux, un opérateur professionnel ainsi que les pouvoirs publics provinciaux et régionaux.

« Nous allons étudier cette possibilité mais la difficulté, c’est de trouver un professionnel disposé à gérer ce dossier difficile », a précisé le ministre, mardi, en commission du parlement wallon.

Une réunion de toutes les parties prenantes était programmée mercredi soir « afin notamment de définir les grandes lignes du cahier des charges d’un nouveau projet », ajoute le ministre.

Idélux, la Province de Luxembourg, la Ville de Bastogne, la Sogepa, l’Awex, le secteur de valorisation de la viande ainsi que le ministre Willy Borsus s’attellent à ce dossier complexe. « Nous voulons le meilleur choix pour l’abattoir de Bastogne, pour la filière et pour l’emploi dans la région », explique le ministre.

Plusieurs hypothèses sont sur la table. Relancer la procédure ? Mais il avait déjà été très compliqué et très long de trouver un repreneur, qui s’est finalement retiré. Il est aussi question de constituer un centre d’excellence de la viande ou d’associer une coopérative à la reprise.

La solution pour l’abattoir de Bastogne viendra peut-être d’un modèle économique original.

Mercredi soir, les différentes parties devaient plancher sur une proposition de lancer une étude qui envisagerait plusieurs possibilités, avec les risques et travaux qu’elles impliquent.

Rappelons que les activités de l’abattoir de Bastogne sont à l’arrêt depuis la faillite, prononcée en août 2019, des sociétés Qualibeef