article abonné offert

En Afrique, une Grande muraille… verte !

En Afrique, une Grande muraille… verte !

Au Burkina Faso, le projet a déjà sauvé des milliers d’hectares de terres dégradées. BELGAIMAGE

Une gigantesque barrière végétale qui s’étend sur des milliers de kilomètres pour lutter contre la désertification, c’est le projet de plusieurs pays africains.

En Chine (Asie), se dresse la Grande Muraille. Cette immense construction militaire s’étend sur des dizaines de milliers de kilomètres. Elle a été mise en place, à l’origine, pour protéger la frontière nord de la Chine.

En Afrique, on peut déjà contempler un bout de la Grande Muraille… verte.

L’urgence climatique

Le monde entier est concerné par le réchauffement climatique. Le continent africain n’est pas épargné, il est même particulièrement touché par le problème. Pour en limiter les effets, un important projet a été lancé: la Grande Muraille verte pour le Sahara et Sahel.

Ce projet a été imaginé en 2004 par 11 pays d’Afrique qui longent le désert du Sahara: Sénégal, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Nigeria, Tchad, Soudan, Érythrée, Éthiopie et Djibouti. L’idée ? Une grande barrière végétale, faite de diverses variétés d’arbres, de plantes, de plus de 7 000 kilomètres de long et de 15 kilomètres de large pour lutter contre la désertification (l’avancée du désert sur le territoire).

Chaque année, le désert du Sahara prend un peu plus de place. En 100 ans, il a grandi d’environ un million de km2 (33 fois la Belgique!). La situation est catastrophique pour les populations locales qui ne peuvent pas exploiter les sols désertiques pour leurs cultures. En réhabilitant (en remettant en bon état) les terres, en y faisant pousser des végétaux comme les dattiers ou les acacias, sélectionnés pour leur bonne adaptation au climat de la région, les cultures peuvent reprendre. Et ainsi offrir une source durable d’alimentation et de revenus pour les habitants des pays bordant le Sahara.

Du temps et de la patience

Pour l’instant, le projet n’est pas encore très avancé, il reste beaucoup à faire. Certains pays ont d’autres préoccupations. Le Mali et le Soudan sont en guerre, et n’ont pas encore commencé le reboisement dans leurs pays respectifs. Malgré tout, de grandes avancées ont déjà été opérées! Des centaines de milliers d’hectares ont déjà pu être réhabilités. Les dirigeants africains qui œuvrent à la réalisation de cette Grande Muraille verte espèrent que d’ici 2030, 100 millions d’hectares de forêts auront été restaurés. En parallèle de la construction de cette Grande Muraille verte, diverses actions éducatives sont mises en place pour sensibiliser les populations à la cause environnementale.

Le sondage de la semaine