article abonné offert

La chasse aux pierres colorées

C’est une nouvelle forme de chasse au trésor qui rencontre un grand succès partout en ce moment! Des enfants et des adultes peignent des pierres et les cachent au bord des chemins... Ensuite, les pierres voyagent!

Lisa, Nell et Noah sont prêts. Ils ont peint plusieurs pierres: un petit cœur souriant prêt à s’envoler, un ciel étoilé, un arc-en-ciel... «Derrière la pierre, on peut écrire son prénom, le code postal de sa commune et même une petite phrase comme: ‘Fais-moi voyager’. Mais certains n’écrivent rien», explique Nell.

On va donc se promener et déposer les pierres colorées au bord des chemins. On va aussi chercher d’autres pierres décorées! Les enfants expliquent: «On a des photos, sur le groupe Facebook, qui montrent où elles sont cachées. On essaie de reconnaître les endroits. » Les voilà donc penchés sur le smartphone de Maud. Débats, doigts pointés vers le bas de la rue, vers le haut du quartier «C’est près de l’arrêt de bus! Ça, c’est à côté de la plaine de jeux!» Et nous voilà partis!

Moins de dix minutes plus tard, premiers cris: «Ici! Je l’ai trouvée, c’est une fraise! Oh mon dieu! Elle est géante! C’est à Olivia. » On l’emporte pour la placer plus loin, dans un cerisier. Maud prend des photos. Lisa: «On prend des photos et on les poste sur le groupe. Comme ça, les autres savent où chercher. Et chacun peut voir sa pierre voyager

Au fil de la promenade, on tombe sur des pierres qui n’étaient pas renseignées sur la page Facebook. «Là, il y en a une! C’est un canard!» Les pierres de Théo, Léon, Anna et les autres voyagent ainsi au gré du hasard et des rencontres. On s’arrête même devant une boîte à livres. Lisa et Nell choisissent deux romans et glissent une pierre colorée dans la boîte!

Après une bonne heure de marche, on a placé nos six pierres, et on en a fait voyager huit autres!

Une chasse aux trésors

Ces chasses aux pierres colorées existent depuis plusieurs années dans d’autres pays: Angleterre, France, Allemagne... Avec le confinement, cette activité s’est répandue chez nous. Désœuvrés, les adultes et les enfants ont pris plaisir à dessiner, à se promener pour semer ces petits cailloux et en découvrir d’autres. «On a commencé en mai, raconte Noah. J’ai coloré et caché une vingtaine de pierres. En fait, on va promener tous les jours

«Ça pousse à aller se promener», confirment les filles. Est-ce que ça pourrait cesser avec la fin du confinement? «Non!, répondent les enfants. On peut toujours aller se promener le week-end! ». Certaines écoles ont même programmé ou déjà organisé une chasse aux pierres colorées.

Des grands voyages

Les groupes de chasse aux pierres colorées se sont multipliés sur Facebook. Ils concernent une commune, comme ici à Profondeville, ou une province! Mais les pierres peuvent aussi voyager loin. «La pierre de Victor est à la mer», peut-on lire sur un site. Ou encore: « La pierre de Chantal est dans nos bagages. Elle part au Sénégal»!

Certaines pierres sont de véritables œuvres d’art. Il y en a qui disparaissent de la circulation, parties dans une autre commune... à moins qu’elles ne décorent, temporairement ou définitivement, une chambre ou un salon. C’est aussi ça, le jeu: les surprises et le plaisir de partager!

Le sondage de la semaine