FLOBECQ

Le conseil communal de Flobecq entre émotion et tensions

Les conseillers communaux flobecquois ne s’étaient plus réunis depuis le 31 janvier. Crise sanitaire oblige. Leur réunion de ce lundi soir a donc été chargée et intense.

Dès l’ouverture du conseil communal de lundi, Philippe Mettens a annoncé la couleur: «cette séance sera pleine de symboles car elle va toucher à pratiquement tous les domaines. On parlera finances, mais aussi de notre capacité à gérer la crise qui nous a lourdement touchés, de la protection de nos paysages au travers d’une action en justice et il y aura un passage de témoin et de génération.»

Une page qui se tourne

Du côté émotionnel, c’est le départ de Daniel Préaux après 25 ans d’investissement politique, qui a marqué la séance.

L’homme fait l’unanimité et les mots de sympathie à son égard ont afflué. De la majorité et de l’opposition. Les applaudissements ont été nombreux aussi.

L’avenant au pacte de majorité afin de pourvoir à son remplacement à l’échevinat des Travaux a cependant mis au jour des tensions.

La majorité a proposé Thomas Englebin à ce poste. Une décision qui n’a pas été du goût de Carlo De Wolf. Le conseiller a voté contre cette décision et a demandé d’acter quatre remarques au PV.

«L’avenant au pacte de majorité ne m’a pas été présenté par le groupe pour signature, pourtant mon nom y figure. Les membres du Collège communal qui sont proposés ne sont pas affiliés au parti socialiste et le choix des électeurs n’est pas respecté. Enfin, l’avenant a été déposé après l’envoi des convocations.»

L’opposition MR-cdH s’est quant à elle abstenue sur ce point.

Un lourd tribut

Pour la reprise depuis le début de la crise sanitaire du coronavirus, le Covid-19 a logiquement occupé une large partie des débats.

Le bourgmestre, Philippe Mettens, a rappelé ce qui avait été entrepris par la commune afin de répondre aux besoins des citoyens (distribution de masques, courses à domicile, services sociaux et communaux, etc.)

En outre, la situation à la Providence Saint-Christophe a fait l’objet d’une attention particulière. Si les actions menées par les autorités pour épauler la maison de repos n’ont pas été remises en cause par l’opposition, Xavier Vancoppenolle a cependant déploré le battage médiatique à propos de la situation médicale à la Providence. «Cela aura des conséquences graves sur cette institution privée, qui compte aujourd’hui 20% de ses lits inoccupés», a souligné le conseiller, par ailleurs médecin.