LES-BONS-VILLERS

Échange de tirs à Wayaux: un policier et le tireur blessés

Un échange de tirs entre un policier et une personne a eu lieu à la suite d’un conflit familial. Les jours du policier ne sont plus en danger.

Le petit village de Wayaux (Les Bons Villers) est sous le choc. Alors que le coin est réputé pour sa tranquillité, plusieurs équipes de la police locale ainsi que des renforts de la zone de Charleroi sont intervenus ce dimanche, en fin de matinée, à la rue de la Vallée. La police a été requise sur les lieux pour un différend familial entre le suspect et sa femme. «Il s’agit d’un couple qui est séparé depuis trois ans, mais qui vit encore sous le même toit», précise Vincent Fiasse, procureur du Roi de Charleroi. La dispute a éclaté dans la rue, au moment où l’épouse promenait son chien. «Elle s’est poursuivie dans la rue jusqu’au retour au domicile selon plusieurs voisins.»

L’une des filles du couple est intervenue pour calmer la situation. La police a, dans le même temps, été requise sur les lieux. «Elle a longuement discuté avec son père et a réussi à le calmer.» Lorsque les policiers interviennent sur les lieux, le suspect se montre à la fenêtre de l’habitation avec un calibre 22 chargé et détenu illégalement. L’enfant du suspect rentre dans le domicile, suivie par les policiers, par le garage. Ces derniers se trouvent confrontés dans les escaliers face au sexagénaire. «Nous ne connaissons pas encore les circonstances précises, mais il y a eu un échange de tirs», indique le parquet.

Un policier a été touché par une balle qui est passée en dessous de son gilet par balles et blessé au poumon et aux côtes. L’homme âgé de 69 ans a été blessé à l’abdomen. «Les jours du policier ne sont plus en danger. Quant au tireur, son état est sérieux, mais stationnaire.»

Un quartier tranquille

Plusieurs voisins ont été étonnés de voir autant de mouvement dans un village réputé pour son calme. «En deux ans qu’on habite ici, c’est la première fois qu’on voit la police intervenir», indique un couple. «C’est la campagne ici. Il n’y a pas de magasins ni de cafés. On n’a rien entendu, mais on est sorti lorsqu’on a vu la police débarquer en nombre.»

Sandro, lui, n’a pas été témoin des faits, mais connaît de vue le suspect. «J’ai déjà eu une discussion avec lui. Je ne l’ai jamais vu être violent avec qui que ce soit, mais il y a des bruits dans le village qui confirment que ce n’est pas la première fois qu’il se montre violent avec sa femme.»

Le juge d’instruction a été saisi des faits. Deux dossiers ont été ouverts, l’un à charge du suspect pour tentative de meurtre et un autre contre le policier. «Mais d’après les premiers éléments, il aurait agi en état de légitime défense.» Le civil connaît des problèmes psychologiques et psychiatriques. Le procureur du Roi de Charleroi tient à souligner, une fois de plus, la dangerosité du métier et le courage dont font preuve les policiers.


Nos dernières videos