Federgon

Freelancers et indépendants : seront-ils tous les perdants de la crise ?

Freelancers et indépendants : seront-ils tous les perdants de la crise ?

Federgon

Indépendants : mode ou nouvelle donne sur le marché du travail ? Depuis les années 2000, de plus en plus de jeunes, dotés d’un diplôme recherché et/ou ayant eu un premier tiers de carrière riche, font le choix de l’indépendance. Leurs motivations sont diverses mais pour un certain nombre d’entre eux, se mettre à disposition pour valoriser leur savoir et leur savoir-faire spécialisé est plus satisfaisant que de vouloir devenir numéro un d’une société. Ils ne cherchent plus à s’élever dans la hiérarchie professionnelle mais à devenir des experts dans leur domaine. C’est ce que l’on appelle, pour ceux qui exercent à un niveau de manager, des « intérim managers ». Ils ne cherchent pas le CDI mais à aider leurs clients à dépasser un mauvais pas, à résoudre un problème, à réaliser une transformation.

2008 – 2009 : années de tous les dangers

Seront-ils victimes de la crise comme beaucoup d’autres ? Pas sûr. La crise financière de 2008 s’est aussi matérialisée par des vagues de licenciements très rapides, des fermetures et des faillites. Sans doute la crise économique qui devrait suivre la crise sanitaire du COVID sera d’une ampleur bien supérieure mais…

Qui dit licenciement, dit aussi perte d’expertise. Qui dit crise, dit aussi changement. Et là, la force d’un spécialiste temporaire est souvent la solution la plus efficiente. L’intérim manager n’est là que pour la durée nécessaire à l’accomplissement de la mission qui lui est donnée (9 mois en moyenne) et quitte l’entreprise dès le travail accompli. Les statistiques le prouvent. Si l’activité de ce secteur a plongé en 2008 et surtout en 2009, elle a redémarré en 2010.

Croissance à deux chiffres

Et de 2010 à 2018, le secteur a connu une croissance supérieure à 10% de façon quasi ininterrompue (voir graphique en page 2). Peu de secteurs peuvent prétendre à cela.

Par-delà la faillite de Fortis, le secteur bancaire tout entier avait licencié massivement. C’est pourtant ce secteur là et les profils à caractère financier qui ont été parmi les plus demandés au cours des années qui ont suivi.

Solution miracle ?

Bien entendu, tous les managers licenciés, tous les indépendants, tous les freelances ne sont pas destinés à devenir intérim manager. Mais, sans nul doute les freelances très spécialisés, les intérim managers spécialisés et expérimentés seront certainement parmi les premiers à recevoir les demandes d’aide des entreprises en transformation dans les mois à venir.

Ce management de transition ne doit pas faire peur, même s’il reste chez nous encore relativement peu connu, en particulier, des PME. Les bureaux d’intérim management, qui assurent le lien entre l’entreprise en besoin et l’intérim manager le plus adéquat, sont rompus à ce type d’accompagnement, qu’il s’agisse de petites ou grandes structures, privées ou publiques, marchandes ou non. Les intérim managers sont des « do-er ». Ils font les choses et ne quittent le navire qu’une fois qu’ils ont l’assurance que ce qu’ils ont réalisé et transmis sera durable. Et le durable est certainement la caractéristique du monde qui se prépare.

Articles proposés par nos partenaires