EMPLOI

211 emplois menacés chez D’Ieteren Auto, qui veut accélérer sa transformation

211 emplois menacés chez D’Ieteren Auto, qui veut accélérer sa transformation

Les grandes manœuvres vont peut-être commencer plus vite qu’attendu chez D’Ieteren. BELGA

D’Ieteren Auto a annoncé mercredi sa volonté d’accélérer sa transformation «pour répondre aux changements substantiels du marché automobile». Si ce projet est confirmé, il pourrait entraîner la disparition de 211 emplois en Belgique, indique l’entreprise dans un communiqué.

L’accélération de cette transformation «entamée depuis plus d’un an» est jugée nécessaire pour «contrer les impacts de la crise sanitaire actuelle et ses effets à long terme sur la demande et le comportement de la clientèle», indique l’entreprise.

Le projet comprendrait «des mesures d’adaptation des structures internes et des modes de travail aux nouvelles réalités du marché» et viserait à transformer voire à cesser les activités «qui ne répondent plus aux besoins des concessionnaires ou des clients». Le Contact center à Kortenberg devrait ainsi fermer ses portes. Si ce plan est validé, 211 emplois sont menacés en Belgique. Ces emplois se trouvent chez D’Ieteren, D’Ieteren Sport et Volkswagen D’Ieteren Finance. La transformation n’aura pas d’impact sur les concessionnaires indépendants. La phase 1 du plan Renault (informations et consultation) a débuté mercredi. Une séance d’info en ligne est accessible aux collaborateurs mercredi matin.

Pour rester «un acteur incontournable dans le développement d’une mobilité fluide, accessible et durable», «nous avons défini notre stratégie à l’horizon 2025 qui requiert un investissement global de 182 millions d’euros sur cette période», précise Denis Gorteman, CEO de D’Ieteren Auto. Cette stratégie comprend notamment une expansion des activités automobiles du véhicule d’occasion et d’après-vente pour faire face à une demande en berne pour les véhicules neufs.

Par ailleurs, la direction de D’Ieteren envisage de suspendre les importations de produits Yamaha en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg. L’activité est pour l’instant assurée par D’Ieteren Sport, pour lequel la direction cherche un repreneur.

Les syndicats seront reçus jeudi à 13h30 pour une première réunion. Le personnel a été informé mercredi matin; il est sous le choc, a indiqué une source syndicale.

Les intentions d’achat des automobilistes en recul de 31%

Les intentions d’achat des automobilistes sont en recul de 31% en raison de la crise du coronavirus, ressort-il d’une enquête menée auprès de 2.471 automobilistes pour le compte de la Fédération belge de l’automobile & du cycle (Febiac). Cette chute s’élève même à 47% au sein des familles qui ont subi une diminution de leur pouvoir d’achat.

Parmi ces personnes dont les intentions ont été modifiées, 53% entendent reporter leur décision d’achat (dont 33% d’au moins six mois), 14% admettent avoir encore des doutes quant à la conclusion de leur acte d’achat, 12% ont déjà renoncé à leur projet d’achat et 9% privilégieraient l’achat d’une voiture de seconde main.

A l’issue des premier mois de 2020, le marché des voitures neuves et d’occasion affiche en Belgique une contraction respective de 35,7% (à 167.464 voitures neuves immatriculées) et 26,9% (à 215.337 unités immatriculées).

«Une année difficile à plus d’un titre»

La Febiac et ses membres estiment que pour l’intégralité de l’année, le marché belge devrait afficher un retrait de 35% pour les voitures neuves et de 15% pour les voitures de seconde main.

«2020 sera donc une année difficile à plus d’un titre, car certains acheteurs risquent de renoncer à leur projet d’achat tandis que d’autres ne concluraient leur acte d’achat qu’à partir de 2021», regrette la Febiac qui rapporte une réduction estimée du chiffre d’affaires du secteur d’un cinquième en 2020.

La fédération demande dès lors de «rapidement mettre en place une relance forte et temporaire du marché afin de donner aux consommateurs la confiance nécessaire en matière d’investissement», demandant aux autorités «une incitation financière significative à l’achat de véhicules».