CORONAVIRUS

Coronavirus | Terrasses étendues à Forest et Woluwe-Saint-Pierre: et bientôt à Schaerbeek?

Coronavirus | Terrasses étendues à Forest et Woluwe-Saint-Pierre: et bientôt à Schaerbeek?

Le collectif Imagine Colignon plaide pour une extension des terrasses sur les emplacements de stationnement de la place schaerbeekoise qui entoure l’hôtel de ville. Pieter Fannes pour Imagine Colignon via Facebook

Après la Ville de Bruxelles, Forest et Woluwe-Saint-Pierre annoncent la possibilité d’étendre les terrasses des horecas en vue du déconfinement. À Schaerbeek, les tenanciers aimeraient en faire de même place Colignon.

Plusieurs communes bruxelloises ont imité la Ville de Bruxelles dans son intention d’élargir les terrasses en vue du déconfinement des horecas. Mais d’autres mettent en place d’originales solutions comme des boutiques en ligne centralisant les offres des quartiers ou des systèmes de livraison coopératifs.

+ LIRE AUSSI | La Ville de Bruxelles propose d’élargir les terrasses pour respecter la distanciation sociale

Forest: extension des terrasses

C’est le cas de Forest où trottoirs et espaces de stationnement devant le commerce pourront accueillir tables et chaises, «dans le prolongement direct de l’établissement en laissant la place nécessaire pour le passage des piétons et des personnes à mobilité réduite. Cela permettra également de maintenir les mesures de distanciation physique», explique la commune du sud-ouest de Bruxelles.

Forest espère que les premières terrasses seront prêtes pour le 8 juin, date pressentie du déconfinement des horecas. Le Collège examinera lui-même chaque demande à introduire via formulaire en ligne sur le site communal et, en cas d’approbation, le marquage au sol sera réalisé par le personnel communal.

Woluwe-Saint-Pierre: extension des terrasses

Woluwe-Saint-Pierre aussi adopte elle aussi ce type de plan qui permet aux horecas d’élargir leurs terrasses sur la voie publique.

«Cette extension de terrasse devra permettre d’accueillir la clientèle dans le respect des règles de distanciation à l’extérieur et ainsi permettre une reprise d’activités plus sereine», explique Antoine Bertrand, échevin de la Vie économique (Écolo).

L’extension demandée doit se situer sur le trottoir ou l’espace de stationnement situé devant l’établissement Horeca, dans son prolongement direct. «La disposition de la terrasse devra permettre de préserver la sécurité des clients, celle des piétons vis-à-vis de la circulation dans la rue et laisser un espace de 1,5m au moins afin de permettre le passage d’une personne à mobilité réduite, d’une poussette…», souligne Benoît Cerexhe, Bourgmestre (cdH).

Un formulaire de demande est disponible en ligne. Woluwe-Saint-Pierre précise que le Collège examinera chaque demande individuellement. «En cas de décision favorable, un marquage au sol sera réalisé».

Schaerbeek: des terrasses à Colignon?

À Schaerbeek, rien n’est encore annoncé concernant les terrasses mais des entrepreneurs de la place Colignon ont pris les choses en main pour pousser les autorités à agir.

«Les cafés et restos de la place Colignon, soutenus par le collectif Imagine Colignon, ont demandé à la Commune de Schaerbeek et à son Échevine du Commerce, Lorraine de Fierlant, l’autorisation de déployer leurs terrasses à quelques endroits clé de la place cet été», annoncent-ils sur Facebook.

Les tenanciers précisent malicieusement qu’ils disposent à Colignon de «centaines de m2 orientés plein sud».

Uccle: chèques et «marketplace»

À Uccle, ce sont des chèques commerces qui seront émis. Ils seront valables dans les adresses locales. La Commune pourra elle-même les offrir lors d’événements tels que les naissances ou les noces d’or, mais citoyens et entreprises pourront aussi les acheter.

«La valeur faciale du chèque est de 10€ et celui-ci pourra être utilisé uniquement dans les commerces affiliés à l’opération, ce qui se fera par la signature d’une convention», explique la Commune d’Uccle. «Le principe est simple: le citoyen se rend dans un commerce participant et règle son achat avec les chèques. La Commune rembourse ensuite au commerçant le montant des chèques perçus. La Commune pourra également encourager les démarches des commerces en faveur de l’environnement, du commerce équitable ou de l’économie circulaire via des opérations de remise exceptionnelle: un chèque de 10€ aurait par exemple une valeur de 12€ dans les commerces participants».

Par ailleurs, Uccle va mettre sur pied un «marketplace» maison: les Ucclois et les autres pourront y faire leurs courses en ligne depuis une et une seule plateforme.

Ixelles et Saint-Gilles: webshop «MaZone»

À Ixelles, on tente de participer à la relance des commerces de proximité en participant au projet pilote «MaZone». Cette plateforme d’e-commerce, destinée à remplacer les géants du web mondial, a été lancée le 6 mai. Elle regroupe pour l’heure une quinzaine d’adresses bien connues et «pourrait, en fonction de la demande, étendre sa zone d’action aux communes limitrophes». La commune de Saint-Gilles a d’ailleurs annoncé sa participation au concept.

MaZone «définit un modèle commercial et logistique collaboratif entre petits commerçants locaux», expliquent la Commune et ses développeurs, l’organisation transitionnelle Groupe One et la coopérative de livreurs cyclistes Urbike. «Cette formule permet aux Ixellois de faire appel à leur commerce de proximité sans s’y déplacer. Les commerçants, de leur côté, deviennent partie prenante d’un projet qui démarre sous l’ombre du Covid-19, mais avec des perspectives long-terme». Les candidats peuvent se faire connaître via formulaire en ligne.

Le client potentiel peut consulter les produits disponibles sur Facebook et passe sa commande en contactant les commerçants directement par mail ou par téléphone. Urbike se charge alors d’acheminer les marchandises dans son entrepôt ixellois, avant de les dispatcher.