JOGGING

Le chronomètre à l’arrêt

Le chronomètre à l’arrêt

Sébastien Leduc attend avec impatience que les compétitions sportives puissent reprendre. ÉdA – 50721477832

Pour Sébastien Leduc, qui venait de créer sa société, la suspension des compétitions sportives est une petite catastrophe.

La suspension de toutes les compétitions sportives ne fait pas l’affaire des athlètes mais d’autres personnes sont elles aussi directement impactées. C’est le cas des chronométreurs. Pour Sébastien Leduc, qui venait de lancer sa propre société en octobre, Goal Timing, c’est une petite catastrophe. «J’ai investi plusieurs milliers d’euros et sollicité un prêt, précise-t-il. Actuellement les rentrées sont nulles. Qui aurait pu prédire la situation que nous connaissons actuellement? Il faut juste croire en des jours meilleurs… J’espère que des événements pourront reprendre en fin d’été mais j’ai déjà des annulations pour septembre.»

Sébastien tombe de haut. «J’avais une centaine de courses prévues à mon programme cette année! J’ai calculé que 70% d’entre elles ont déjà été annulées.»

Il devait travailler sur toutes les manches du challenge Vals & Châteaux, du challenge Condruzien, du Mémorial Delobbe et du challenge Trail de la Forêt de Chimay, entre autres, mais aussi de triathlons et de courses cyclistes. «J’étais fier que tous ces organisateurs me fassent confiance. Beaucoup me connaissaient déjà puisque je suis moi-même coureur. L’année débutait super bien. J’avais même prévu de faire appel à des étudiants pour m’aider.»

Le citoyen d’Yves-Gomezée âgé de 35 ans a fait ses armes dans diverses sociétés (Top Timing, Chronorace). «C’est mon ami Nicolas Colonval qui m’a mis le pied à l’étrier. Je venais de perdre mon boulot et comme il avait besoin d’aide vu le nombre de courses conséquentes qu’il devait chronométrer il m’a demandé si je pouvais lui donner un coup de main. Grâce à lui j’ai pris goût à cette activité et cela m’a donné l’envie de me lancer à mon propre compte.»

Des tablettes à l’essai

Goal Timing, c’est son bébé. «Je m’occupe de tout de A à Z. Avant l’événement, je gère les inscriptions en ligne. Le jour même de la course j’arrive deux heures à l’avance pour installer tout le matériel et m’occuper de l’encodage des inscriptions sur place. Heureusement ce travail est maintenant facilité par l’informatique mais cela nécessite tout de même un gros boulot. Les classements se font maintenant directement. Lorsque je rentre chez moi je range et j’inspecte le matériel. Je dois aussi retirer les épingles des dossards, qui sont réutilisables, et nettoyer ceux-ci!»

Juste avant le confinement et l’annulation des courses, Sébastien avait fait un nouveau gros investissement. «Je venais d’acheter des tablettes pour faciliter les inscriptions du jour! J’ai prévu de tester tout cela sur de petits événements dès que possible… En attendant que la situation redevienne normale, je m’occupe des inscriptions en ligne de certaines courses virtuelles, comme le Défi du Confiné dont la 2e édition est prévue le 14 juin et le jogging des Bouffiols, qui aura lieu le 5 juillet, tout cela gratuitement, juste pour rendre service. Mais le contact humain, avec les coureurs et les organisateurs, me manque terriblement.»

www.goaltiming.be