CNS

La nouvelle règle: on rouvre tout sauf…

La nouvelle règle: on rouvre tout sauf…

La bulle sociale de la famille devrait gonfler à partir du 8 juin. Photo News

Les nouvelles mesures de déconfinement, c’est pour aujourd’hui. Voici les grandes tendances.

Aujourd’hui, 9 h: c’est reparti pour un CNS (Conseil national de sécurité). Celui-là même qui décide de ce qu’on fait de nos libertés et des futures étapes de déconfinement. Ça n’a pas toujours été simple ni compréhensible. Simple dans le processus de décision entre les partis, et compréhensible au niveau des mesures prises.

Oui, s’il y a un protocole

Ici, on devrait assister à un changement de philosophie. Avec un principe général: «On rouvre tout, sauf…» Nettement plus lisible, normalement.

Un observateur explique ainsi que les chiffres sont au vert, que la seconde vague ne se manifeste pas, et qu’on peut donc poursuivre le processus de déconfinement.

Pour les mesures, au niveau des activités Horeca, culture, sport, tourisme, on part du principe qu’on rouvre mais il y a un mais majuscule: il doit y avoir un protocole validé par les acteurs du secteur. Patron, syndicats… Pas toujours simple. Par exemple, au niveau de l’Horeca, un protocole a été signé mais au niveau de la base, surtout du côté des cafetiers, ça grince des dents.

Sauf pour les boîtes de nuit

Là, il semble que les décideurs politiques pourraient intervenir pour assouplir certaines règles comme l’heure de fermeture fixée à minuit, l’obligation d’enregistrer les clients ou l’interdiction de manipuler les jeux. Histoire de faire avaler la pilule des multiples contraintes imposées par le protocole du secteur.

On peut donc rouvrir tout sauf… Dans le sauf, on peut lire aussi les grands concerts mais aussi l’ouverture des boîtes de nuit. De ce côté, toujours pas de fumée blanche.

Au niveau de la culture justement, des règles plus globales pourraient être prises, à chaque secteur d’adapter selon ses spécificités.

On agrandit la bulle sociale

Deuxième grand chapitre à côté de la reprise des activités: la vie sociale.

Là aussi, le CNS devrait décider de repousser les contraintes et élargir les fameux silos. Le fameux chiffre de 4 personnes extérieures à la famille que l’on peut rencontrer sera revu à la hausse: 10? Sans doute. Au niveau privé, cela ouvre la porte de beaucoup de possibles, la situation était quasi impossible à contrôler avec 4, alors avec 10… Par contre, au niveau public: cela ne donne toujours pas le feu vert pour les barbecues de quartier ou les kermesses.

Au conditionnel

Attention, tout cela devait encore être finalisé hier en fin de journée puisque le GEES, le groupe d’experts, venait de rendre son rapport pour tenter de mettre cette simplification sur papier.

Ne restait «plus» qu’au comité de concertation de trancher. Histoire de ficeler le texte pour aujourd’hui.

 

On s’attaque aux loisirs

Horeca, culture et sport au menu de ce Conseil National de Sécurité. Il y a de la légèreté dans l’air car d’autres sujets localisés dans le giron des loisirs seront abordés. On pense aux activités estivales, aux stages sportifs « aux petits et grands événements», confie un proche des acteurs de ce CNS. « On abordera la question de savoir comment ça va se passer pour les fêtes de village, par exemple». Un sujet délicat compte tenu des importantes interactions sociales générées par ces fêtes.

L’élargissement des contacts permettra à la bulle de 4 personnes de prendre un peu plus d’envergure.

Plusieurs disciplines sportives, essentiellement les sports indoor et de contact, pourraient se voir proposer des perspectives de déconfinement.

Le tourisme à l’intérieur de notre territoire va aussi voir son régime s’alléger. De même que les cérémonies religieuses.

Se pose alors la question de la suite. «Tout est hypothétique», insiste un autre interlocuteur. «Ça dépend du contexte». Si on se réfère aux chiffres du virus, les perspectives semblent confirmer que la reprise progressive des contacts sociaux n’a pas relancé le nombre d’hospitalisations. Au contraire.

Tout ne sera pas rouvert au terme de ce CNS du 3 juin (et dont l’application ne sera effective qu’à partir du 8 juin) « mais il y aura des perspectives pour voir plus loin».