BELGIQUE

Enlèvement d’un garçon de 13 ans: neuf perquisitions et non 12 comme annoncé précédemment

Enlèvement d’un garçon de 13 ans: neuf perquisitions et non 12 comme annoncé précédemment

Image d’illustration. ÉdA – Florent Marot

Dans le cadre de l’enquête de l’enlèvement et de la séquestration d’un garçon de 13 ans de Genk, les enquêteurs des polices locale et fédérale ont mené lundi matin neuf perquisitions et non 12 comme annoncé précédemment.

Le parquet du Limbourg a indiqué cette rectification lundi soir. Le garçon a été libéré, lundi peu après minuit, après 42 jours de séquestration.

Dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril, des individus masqués et lourdement armés sont entrés au domicile des parents et ont emmené de force leur fils de 13 ans. Celui-ci a été libéré la nuit dernière lors d’une intervention de la police.

La séquestration de l’adolescent aura duré 42 jours. Des contacts ont eu lieu durant cette période entre les ravisseurs et la famille pour demander une rançon. Aucune information n’a été donnée sur un éventuel paiement de celle-ci.

Après la libération du jeune garçon, des perquisitions ont été menées entre 1h00 et 6h00: quatre à Anvers et cinq dans le Limbourg dont deux à Houthalen-Helchteren, une à Zutendaal, une à Maaseik et Maasmechelen. Les sept personnes arrêtées ont été présentées au juge d’instruction de Hasselt lundi.

Un des suspects est un combattant syrien extrémiste connu des autorités

Un des suspects dans l’affaire de l’enlèvement et de la séquestration n’est pas inconnu des autorités judiciaires puisqu’il s’agit du combattant syrien Khalid Bouloudo, de Maaseik, ont indiqué lundi entre autres VRT Nieuws et Het Belang van Limburg. Le parquet n’a toutefois jusqu’ici pas confirmé cette information.

Khalid Bouloudo est un des islamistes extrémistes les plus en vue dans le pays. Il a déjà fait l’objet d’une condamnation à trois ans de prison avec sursis pour avoir recruté des jeunes combattants pour l’État islamique en Syrie.

Ont également été interpellés en tant que suspects lundi un homme de Zutendaal et un jeune homme d’une vingtaine d’années, domicilié quant à lui à Anvers. Leurs avocats Abdel Belkhouribchia et Jan Keulen n’ont pas été en mesure de donner des informations au sujet de cette affaire.

Les renvois devant le juge d’instruction étaient toujours en cours lundi après-midi. Les suspects interpellés passeront en chambre du conseil vendredi. Leurs avocats auront accès au dossier jeudi.

la plus longue séquestration contre rançon

La victime a été libérée, en bonne santé, lundi peu après minuit, après 42 jours de séquestration. L’enlèvement du jeune garçon de Genk a pris fin lundi, peu après-minuit. Relâché à Genk par ses ravisseurs, après y avoir été ramené en voiture, celui-ci est rentré chez lui à pied.

S’en sont suivies, entre 1h et 6H, douze perquisitions, quatre à Anvers et douze en Limbourg. Sept suspects ont été interpellés en vue d’être entendus par les enquêteurs. Le juge d’instruction devra décider s’il délivre ou non un mandat d’arrêt à leur égard.

L’enlèvement a été commis avec violence. Une rançon dont le montant n’a jusqu’ici pas été révélé par le parquet a été exigée.

Même si en l’espèce, il n’y eut pas de demande de rançon, on ne pourra passer sous silence les enlèvements d’enfants par Marc Dutroux. En ont réchappé, mi-1996, Sabine Dardenne, après 80 jours, et Lætitia Delhez, après une durée un peu plus longue. Les petites Julie et Mélissa, An et Eefje, n’ont pas eu la chance d’en sortir vivantes. Marc Dutroux a été condamné à la prison à perpétuité pour enlèvement, séquestration, viol et assassinat.