ÉCONOMIE

Coronavirus: l’Horeca s’attend à recevoir 45% de clients en moins à la réouverture

Coronavirus: l’Horeca s’attend à recevoir 45% de clients en moins à la réouverture

La réouverture de l’Horeca ne signifie pas, pour les distributeurs en boissons, que tous les problèmes seront résolus. Photo News (Illustration)

La plupart des gérants de cafés et restaurants (85%) s’attendent à recevoir près de la moitié de clients en moins à la réouverture des établissements, selon une enquête menée par l’Université de Gand.

Ils s’attendent à ce que le gouvernement, qui doit bientôt s’exprimer sur le sujet, limite la capacité maximale d’accueil et que les clients tarderont à revenir.

«Les clients sont impatients de retourner dans leurs restaurants et cafés préférés mais pour que leur retour soit sûr, ils souhaitent que l’Horeca fasse des efforts», soulignent les chercheurs.

1.083 consommateurs et 307 restaurants et cafés ont participé à l’enquête. Les mesures évoquées comprennent la désinfection des mains, ainsi que celle des tables et des chaises après chaque visite, pas d’échange de menus et le respect de la distance d’un mètre et demi.

Quelque 60% des clients disent qu’ils se rendront immédiatement dans ces établissements. Les autres 40% sont plus prudents et reporteront leur visite de plusieurs semaines.

 

Les distributeurs de boissons réclament du soutien

Les distributeurs de boissons tirent 80 à 90% de leur chiffre d’affaires des commerces Horeca. Comme la réouverture de ces établissements ne sera que progressive, ils demandent aux autorités le maintien de mesures de soutien après la reprise de l’Horeca.

Après la mesure de confinement décidée mi-mars, de nombreux distributeurs en boissons ont vu leurs ventes dégringoler du jour au lendemain à 10 ou 20% de leur niveau normal. «Nous réalisons 80% à 90% de notre chiffre d’affaires régulier grâce au secteur de l’Horeca et de l’évènement», explique Guy Dewulf, directeur de la Febed (Fédération belge des distributeurs en boissons).

La réouverture de l’Horeca ne signifie pas, pour les distributeurs en boissons, que tous les problèmes seront résolus et qu’ils reviendront à la situation d’avant la crise corona. Les mesures prises pour limiter la propagation du Covid-19, limiteront la capacité des établissements Horeca. «La confiance du consommateur devra être rétablie. Tout cela conduit à un chiffre d’affaires beaucoup plus faible qu’avant-crise.»

Le premier mois après la réouverture de l’Horeca, le secteur de la distribution de boissons espère retrouver 30% de ses ventes d’avant-crise et 50% entre le troisième et le sixième mois.

Une indemnité journalière?

En plus de la baisse du chiffre d’affaires et de la diminution de la taille des commandes, les distributeurs devront supporter des coûts élevés pour échanger gratuitement les produits dont la date de péremption a été atteinte durant la période de fermeture de l’Horeca.

La Febed demande donc une prolongation du régime du chômage temporaire pour force majeure pour la période où le secteur Horeca ne peut pas encore travailler à pleine capacité et n’a pas pu atteindre son chiffre d’affaires d’avant-crise, et une réduction de cotisations sociales.

A l’attention des autorités régionales, la Fédération demande l’instauration d’une prime compensatoire à la perte de chiffre d’affaires, sous forme d’une indemnité journalière pour la période de fermeture de l’Horeca.