IXELLES

Une fresque de 1000m2 que seuls les oiseaux (et les avions) verront

«Watch Your Step», voilà le conseil qui s’affiche en taille XXL sur le toit des anciennes casernes d’Ixelles. Avec ce message aux oiseaux peint à See U, les collectifs d’artistes Tavu et Louves veulent réveiller les consciences dans l’ère post-coronavirus.

C’est un message pour ceux qui volent. Et eux uniquement. «Watch your Step», soit «Attention à la marche»: voilà les trois mots peints dans un camaïeu de bleus et de mauves sur le toit d’un bâtiment de See U, l’occupation temporaire des anciennes casernes d’Ixelles. Cette œuvre de 1000m2, on la doit aux collectifs associés Tavu et Louves.

L’avertissement s’adresse-t-il aux oiseaux? Leur déconseille-t-il de se poser sur notre terre qui flambe de partout? Est-il un clin d’œil aux cyclistes qui tournent sur le vélodrome de mélèze en contrebas? Ou bien cherche-t-il à toucher l’«homo consommatus», survolant le globe soutenu par les ailes du capitalisme? Il semble bien en tout cas qu’il s’agisse d’un avertissement à notre société du «toujours plus», frappée de plein fouet par une pandémie aussi gigantesque que cette nouvelle fresque.

«L’heure du déconfinement est arrivée et nous sommes nombreux à réfléchir aux changements que l’on souhaite pour la société post-coronavirus», confirment les artistes. «C’est dans cet esprit qu’a été créée cette nouvelle fresque visible uniquement du ciel». Dans les lettres géantes, on peut lire de plus petit slogans se déployant comme les feuilles d’une plante grimpante. Florilège: «Plus de banquise, moins de banquiers», «Amazon nie», «Moins est le nouveau plus», le jouissif «Plus de point G, moins de 5G», «Ta mer est chaude comme le climat», «2020 sucks» et «Let’s go kayak» ou encore le cynique «Cons finement manipulés». Bim!

L’œuvre s’assortit parfaitement à son socle puisque See U, l’occupation temporaire qui anime les casernes avant leur mutation dans le nouveau quartier imaginé par les universités bruxelloises et la Région, héberge justement des projets qui pensent le changement. Qu’il soit sociétal, écologique, culturel ou économique. «Cette fresque invite en effet à prendre de la hauteur pendant cette période critique», terminent les collectifs Louves et Tavu. «Elle encourage à réfléchir à nos modes de vie, à ce qui est essentiel mais aussi à l’émergence de nouvelles habitudes».