SCIENCES

Pourquoi le premier vol habité de SpaceX est-il si important

Une nouvelle ère spatiale doit s’ouvrir ce mercredi avec le lancement par la société SpaceX de deux astronautes de la NASA dans l’espace. Explications.

Avec le lancement de la mission «Demo-2» menée par SpaceX, c’est une nouvelle page de la conquête spatiale qui s’écrit aux États-Unis. Et ce, pour trois raisons.

 

1Une première 100% américaine depuis 2011

 

«Demo-2» marque l’histoire en devenant la première mission habitée 100% américaine depuis le dernier vol de la navette spatiale Atlantis en 2011.

Ces neuf dernières années, les astronautes de la NASA devaient emprunter les taxis russes Soyouz pour entrer en orbite.

Dès lors, si la capsule Crew Dragon (à bord de laquelle prendront place Robert Behnken et Dougas Hurley) remplit sa mission et est certifiée sûre, les Américains disposeront à nouveau d’un accès direct à l’espace. Et les acheminements depuis la Floride redeviendront réguliers, avec quatre astronautes à bord de chaque capsule.

 

2Une mission (en partie) privée

 

Autre première: les autorités américaines collaborent pour la première fois avec une société privée, SpaceX, afin d’envoyer leurs astronautes dans l’espace.

Plus rapide et efficace que son concurrent Boeing, SpaceX, la société du célèbre milliardaire Elon Musk, séduit ses clients, dont la NASA, en proposant des lancements moins chers et tout aussi sûrs.

«Avec ce que nos astronautes Bob et Doug vont réaliser, nous espérons démontrer le succès d’un modèle commercial d’un partenariat public-privé qui réduit les coûts», a ainsi expliqué Jim Bridenstine, administrateur de la NASA.

 

3Mars en point de mire

 

Si la mission «Demo-2» se déroule comme prévu, il y a fort à parier que SpaceX va continuer de développer ses activités comme la construction du prochain alunisseur de la NASA. Objectif? La planète Mars, l’obsession d’Elon Musk.

«La mission Demo-2 doit nous permettre d’aller sur la Lune, mais pas seulement, souligne d’ailleurs Jim Bridenstine. Ce que nous voulons, c’est aller sur Mars.»