SOCIÉTÉ

Le congé de maternité ne pourra plus être raboté

Le congé de maternité ne pourra plus être raboté

Le congé de maternité après accouchement ne pourra plus être réduit, même si la mère n’a pu travailler avant la naissance de son enfant. ÉdA

Les mamans écartées de leur travail avant l’accouchement pouvaient perdre jusqu’à six semaines de congé postnatal. Ce ne sera plus le cas.

C’est un élément de la loi sur le congé de maternité que d’aucuns jugeaient injuste, voire discriminatoire. Il a été effacé hier en commission des Affaires sociales de la Chambre et sera (sauf revirement de dernière minute) validé ce jeudi en plénière.

Désormais, le congé de maternité de 15 semaines (à débuter minimum 7 jours avant l’accouchement) ne pourra plus être raboté.

Jusqu’à présent, les femmes enceintes qui, avant l’accouchement, se retrouvent au chômage temporaire, en incapacité de travail pour maladie ou qui sont écartées de leur lieu de travail voient leur congé de maternité amputé de la durée de cette absence, avec un maximum de six semaines. Certaines mamans sont ainsi obligées de laisser leur progéniture pour reprendre le boulot non pas 15 semaines après l’heureux événement mais bien après seulement neuf semaines.

Portée par écolo et cosignée par le PS et le CD&V, elle a âprement été débattue. Une «alliance» MR, N-VA, Open vdl et même rejointe par le CD&V sur ce point précis, s’est ainsi formée ce mardi après-midi pour tenter de recaler la question de l’écartement. Les libéraux et les nationalistes estimaient ainsi que les professions (infirmières, puéricultrices,…) qui nécessitent un écartement pendant la grossesse ne devaient pas être concernées par la mesure. En gros, comme le formulait Nahima Lanjri (CD&V), c’est en connaissance de cause que ces femmes ont choisi une telle profession.

L’argument n’a donc pas été entendu, PS, écolo et PTB faisant barrage. Les femmes écartées de leur travail ne verront pas non plus leur congé de maternité raboté.

Par ailleurs, l’Open vld et le MR estimaient qu’écolo et le PS ont modifié la proposition initiale en faisant en sorte que cette mesure soit structurelle, donc définitive. Or, initialement, rappelaient MR et Open vld, il était prévu que cette mesure ne soit que temporaire, durant la crise Covid. Ce mardi, les libéraux ont donc proposé un amendement pour que le vote ne porte que sur une période transitoire, jusqu’à fin décembre. À charge pour les partenaires sociaux de s’entendre sur les modalités pour (éventuellement) rendre la mesure structurelle à partir de 2021. Là aussi, la proposition a été recalée.

Cette mesure, qui aura un effet rétroactif au 1er mars, devrait donc entrer en vigueur dans les prochains jours.