POLITIQUE

«Ras-le-bol» face au comportement de Bouchez? Pas de remise en cause des majorités en Wallonie et en FWB, assure Magnette

«Ras-le-bol» face au comportement de Bouchez? Pas de remise en cause des majorités en Wallonie et en FWB, assure Magnette

Paul Magnette ne veut pas «personnaliser» les choses. Photo News

Interrogé sur le «ras-le-bol» qui aurait été exprimé par certains en bureau de parti du PS sur le comportement de Bouchez, le président socialiste Paul Magnette a écarté la remise en cause des majorités au pouvoir en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le président du PS, Paul Magnette, a exclu ce mardi la remise en cause des majorités au pouvoir depuis près d’un an en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles et réunissant les socialistes, les libéraux et les écologistes, en raison du comportement du président du MR, Georges-Louis Bouchez, considéré comme «irritant» par certains barons du parti.

«Je ne remets absolument pas en cause les majorités» qui dirigent ces deux entités fédérées, a-t-il affirmé lors de l’émission Matin Première de la RTBF-radio dont il était l’invité.

La presse a fait écho à un «ras-le-bol» qu’auraient exprimé lundi en bureau de parti du PS, plusieurs municipalistes et députés socialistes - «des élus bruxellois, hennuyers, liégeois», selon La libre Belgique et La Dernière Heure - face au comportement de Bouchez et de son manque de respect envers ses partenaires de coalition.

«Georges-Louis Bouchez, qui se ‘trumpise’, entraîne tout le MR dans la même logique», a souligné un élu socialiste, cité par les quotidiens, qui accuse le président des libéraux de «schizophrénie politique».

Je n’ai pas envie de personnaliser les choses

Magnette, interrogé ce mardi sur ces propos, a assuré avoir «des rapports très professionnels» et «aucun problème» avec ses homologues présidents de parti.

«Je n’ai pas envie de personnaliser les choses (...). Il y a des débats dans les bureaux de parti, c’est normal, cela fait partie de la vie démocratique. Les débats de bureaux de partis sont des débats de bureaux de partis, cela permet à chacun d’exprimer son agacement, ses opinions. Je ne remets absolument pas en cause les majorités», a souligné le président du PS.