PUBLIREPORTAGE

Agence immobilière : Des visites sous contrôle

visites_sous_controle

Depuis le 11 mai, les agents immobiliers professionnels ont repris leur activité et depuis le 18 mai, les particuliers peuvent également faire visiter leur bien par des acheteurs potentiels. Les visites sont bien entendu entourées de conditions drastiques pour éviter toute propagation du virus.

L’Institut professionnel des agents immobiliers (IPI) a d’ailleurs envoyé une série de recommandations aux agents immobiliers professionnels qui n’étonnent pas dans le climat actuel. Celles-ci ont été résumées dans une petite vidéo publiée sur le site de l’organisme (www.ipi.be). Des flyers ont également été édités pour préciser les mesures à appliquer lors des visites, pour les agents, les propriétaires et les visiteurs. Il est notamment demandé de préparer la visite du mieux possible pour éviter qu’elle ne soit trop longue. Photos et visites virtuelles sont un préalable, cela permet de dissuader les curieux et de se focaliser sur les personnes réellement intéressées par un bien en location ou à acheter. L’IPI demande à ses membres de montrer l’exemple en portant des moyens de protection, masques et gel hydroalcoolique sont de rigueur. Les visiteurs, au maximum deux personnes, informés des mesures de protection doivent également s’y conformer. Le cas échéant, l’agent immobilier fournit les moyens de protection aux visiteurs. Dans la mesure du possible, il est demandé aux résidents de ne pas être présents lors des visites ou de ne pas se déplacer en présence des visiteurs. Les règles de distanciation spatiale sont de rigueur avec un espace requis de 1,5 mètre tout en évitant que les personnes se croisent. L’ensemble des mesures visent surtout à rassurer, à la fois les candidats acquéreurs et les vendeurs. Elles doivent permettre une reprise des activités du secteur immobilier dans les meilleurs conditions. Nul ne peut cependant prévoir à l’heure actuelle combien de temps ces mesures seront d’application.

Avenir incertain du marché

L’année 2019 avait été une année record pour les transactions immobilières et les perspectives pour cette année 2020 étaient encore excellentes, avec une hausse modérée de 2%. Ces prévisions ne tenaient cependant pas compte, à savoir de l’imprévisible virus qui a totalement modifié les perspectives pour cette année 2020. Une des principales banques de notre pays estime que le marché va se contracter avec une baisse des prix de l’immobilier de l’ordre de 2%. La situation est donc loin d’être catastrophique et les prévisions plus pessimistes pourraient être battues en brèche d’ici la fin de l’année 2020 qui pourraient encore nous réserver des surprises. En effet, la période de confinement risque d’accroître la demande pour les maisons avec jardin. Cela, c’est pour le côté positif. Par contre, l’augmentation du nombre de chômeurs aura un effet négatif car les candidats acquéreurs potentiels seront freinés dans leur élan par une baisse de leurs revenus. De plus, les conditions de l’octroi d’un prêt ayant été durcie avec la nécessité d’apporter une part significative en en fonds propres sera aussi un frein pour le marché immobilier. Les taux des crédits hypothécaires restent cependant très intéressants mais l’évolution du marché sera aussi dépendante de la profondeur de la crise économique annoncée.

Place aux visites virtuelles

S’il y a bien quelque chose qui aura changé durant la période de confinement, c’est le rapport avec les « nouvelles » technologies. Dès que possible, dans tous les secteurs, le télétravail a été encouragé. Il est d’ailleurs fort probable que le marché du travail va connaître une profonde mutation une fois que la pandémie aura été jugulée. Le secteur immobilier n’est pas en reste et il devrait définitivement adopter une révolution numérique. Les visites virtuelles étaient déjà monnaies courantes, celles en 3D vont probablement devenir le standard de demain. Les visites en 3D étaient jusqu’à présent utilisées pour les biens de prestige, mais elles vont probablement se généraliser. L’avantage est double. Pour les agences, cela permettra de faire un tri en amont des clients potentiels. Pour les candidats acquéreurs, cela leur évitera de faire des visites inutiles et de perdre du temps. Seul bémol à cet enthousiasme, le coût qui sera à charge des vendeurs.

Habitat : articles proposés par la régie