MONS

Intervention musclée de la police suite au rassemblement d’une dizaine de manifestants

Intervention musclée de la police suite au rassemblement d’une dizaine de manifestants

Illustration Reporters / QUINET

Ce 20 mai 2020 vers 18h50, les services de police de la Zone Mons-Quévy sont intervenus au centre-ville de Mons suite à un rassemblement d’une dizaine de manifestants se revendiquant du mouvement extrémiste communiste «Rupture et Renouveau».

En pleine période de confinement, ce rassemblement ne respectait manifestement pas les mesures de limitation des déplacements et de rassemblement prescrites par le Conseil National de Sécurité. L’action revendicative n’avait pas été sollicitée et n’avait pas été autorisée par les autorités administratives locales.

Lors du contrôle, ces personnes n’ont pas obtempéré aux injonctions des forces de police qui leur enjoignaient de se disperser, de mettre fin à leur action et de se conformer aux mesures gouvernementales d’urgence visant à limiter la propagation du coronavirus.

Les manifestants ont dès lors fait l’objet d’une arrestation administrative aux fins de mettre fin au trouble qu’ils occasionnaient. Un procès-verbal judiciaire pour non-respect des mesures COVID19 et un procès-verbal administratif pour rassemblement sur la voie publique non autorisé ont été rédigés à charge des membres du groupe.

Les personnes interpellées ont été relaxées à l’issue des devoirs judiciaires et administratifs aux alentours de 20h00.

«Solidarité des travailleurs et des classes populaires»

Par ailleurs, le proche d’un membre du groupe s’est interposé au contrôle et n’a pas voulu décliner son identité aux services de police. Cette personne a également été interpellée le temps nécessaire à son identification et à son contrôle d’identité.

Sur leur site internet, les manifestants du groupe «Rupture et Renouveau» accusent la police d’avoir simplement «réprimé les plus exploités» et se défendent d’avoir voulu se rassembler avant tout pour les habitants: «D’une part, il s’agissait d’être solidaires des travailleurs et des classes populaires durement touchés par la crise que l’on traverse. D’autre part, il s’agissait, par le biais de flyers et d’échanges, de s’informer, auprès des habitants montois, de leur situation et difficultés matérielles, de leur état d’esprit sur la crise, tout en leur apportant notre analyse et notre message politiques.»

La Zone de Police Mons-Quévy rappelle que les mesures de confinement, bien qu’allégées, sont toujours en vigueur et que seuls les déplacements nécessaires sont autorisés.