article abonné offert

NATURE

Une nouvelle abeille découverte en Wallonie

Une nouvelle abeille découverte en Wallonie

Sur cette photo, l’abeille andrena lagopus. Alain C./Natagora

En Wallonie, une nouvelle espèce d’abeille vient d’être découverte: l’andrène deux-cellules. Cette découverte pose question.

C’est en province de Namur que deux abeilles «andrènes» ont été observées ces derniers jours. Natagora, l’association pour la protection de la nature, a partagé cette découverte.

Un mâle a été capturé à Haltinne le 27 avril par un naturaliste (spécialiste de la Nature) néerlandophone et une femelle a été observée le 7 mai à Sauvenière par un spécialiste des abeilles de l’université de Mons (province de Hainaut).

Une découverte étonnante

Les abeilles andrènes (andrena lagopus) sont une famille d’abeilles sauvages. Leur habitat est souterrain: elles nichent uniquement dans le sol. Elles sont habituellement présentes plus au sud du continent, dans les zones un plus chaudes.

Pour Thomas James Wood qui a découvert la femelle et que Natagora a interrogé, cette découverte était une vraie surprise: «Je ne pensais pas qu’elle était déjà si au nord, en Belgique. Sa présence ici ne peut s’expliquer que par le réchauffement global.»

C’est assez rare qu’une nouvelle espèce soit observée deux fois de suite à deux endroits différents, explique Natagora. Il est possible qu’elle ait été présente en Belgique depuis plus longtemps, sans que personne ne s’en soit aperçu mais si c’est le cas, depuis peu de temps alors.

La protection des pollinisateurs

Pour l’association pour la protection de la nature, ces découvertes montrent surtout l’importance de continuer à protéger toutes ces abeilles. Et pour cela, de continuer à soutenir les projets qui jouent un rôle dans l’observation et la connaissance de ces insectes pollinisateurs. Les insectes, et particulièrement les pollinisateurs, jouent un rôle très important dans nos écosystèmes (milieux naturels dans lesquels on vit) qui sont déjà en danger.

Pour aider à leur sauvegarde, tout le monde peut agir. Le premier geste étant de ne pas couper ou arracher les fleurs sauvages. Elles sont essentielles dans l’alimentation des abeilles sauvages et de leurs petits.

Le sondage de la semaine