SANTÉ

Contact social, travail, école: les experts préconisent de privilégier l’extérieur pour éradiquer le coronavirus

Contact social, travail, école: les experts préconisent de privilégier l’extérieur pour éradiquer le coronavirus

Les scientifiques affirment que le gouvernement serait mieux avisé d’organiser autant d’activités à l’extérieur que possible. Photo News (Ilustration)

Si l’on souhaite éradiquer le coronavirus dans les prochains mois, il faut tous vivre et travailler à l’air libre autant que possible, préconise un collectif de scientifiques dans un avis au gouvernement, rapporte «Het Laatste Nieuws» ce mardi.

«Plusieurs études montrent que le nombre d’infections à l’extérieur est au moins dix fois plus faible qu’à l’intérieur. L’été est donc l’occasion idéale d’éradiquer virtuellement le virus en Belgique», conseillent-ils. Leur avis a été envoyé dimanche soir à Sciensano, à un certain nombre de cabinets et à Erika Vlieghe, la présidente du groupe d’experts en charge du déconfinement (GEES), entre autres.

Les scientifiques, les chercheurs en données et les ingénieurs, qui se sont réunis sous le nom de «United Against Covid», affirment que le gouvernement serait mieux avisé d’organiser autant d’activités à l’extérieur que possible. «De l’enseignement au travail de bureau en passant par les réunions sociales». Pour des secteurs tels que l’hôtellerie et le tourisme, ce conseil pourrait facilement être suivi mais il serait plus difficile pour le monde des affaires.

 

Ne comptez pas sur l’été pour arrêter la pandémie

Le réchauffement estival ne sauvera pas à lui seul l’hémisphère nord de la pandémie de Covid-19, concluent des chercheurs de l’université américaine Princeton dans une étude publiée par la revue «Science».

Des études statistiques, conduites ces derniers mois malgré le peu de recul sur le nouveau coronavirus, ont établi une légère corrélation entre le climat et l’épidémie: plus il fait chaud et humide, moins le virus se propagerait. Mais ces calculs restent préliminaires et on ignore fondamentalement le lien biologique entre le climat et Sars-Cov-2, le virus qui cause le Covid-19.

Les modèles publiés dans Science ne contredisent pas la corrélation, mais le considèrent négligeable pour l’instant.

«Nous prévoyons que les climats plus chauds et humides ne ralentiront pas le virus dans les stades initiaux de la pandémie», explique la première autrice de l’étude, Rachel Baker, chercheuse en post-doctorat à Princeton, dans un communiqué de l’université.

 

Ces conseils interviennent alors qu’il y a davantage d’indications au niveau international que le maintien de la distance d’un mètre et demi n’est pas aussi sûr dans tous les endroits. À l’intérieur, les gens sont ainsi remarquablement plus souvent infectés, même s’ils gardent une distance suffisante.

Juste avant le week-end, Sciensano a même adapté ses conseils, selon le journal. Un paragraphe complet sur la ventilation des pièces a été ajouté, indiquant «que des inquiétudes ont été soulevées quant à la pertinence du mètre et demi».