BORINAGE

20 motos saisies par la police boraine

20 motos saisies par la police boraine

Illustration davit85 – stock.adobe.com

Les engins saisis étaient n’étaient pas homologués, en défaut d’assurance ou d’immatriculation.

Depuis un peu plus d’une semaine, les motards peuvent de nouveau faire vrombir leurs engins sur les routes du royaume, moyennant certaines conditions. Mais pour circuler avec son deux-roues sur la voie publique, celui-ci se doit d’être homologué et conforme. Détail qui a apparemment échappé à certains puisque la police boraine a procédé à la saisie de 20 motos et d’un quad ce week-end.

Ces motos étaient pour la plupart des motos de cross ou encore des motos qui ont été modifiées et qui dès lors ne peuvent être immatriculées. Les engins confisqués l’ont été parce qu’elles étaient en défaut d’assurance et/ou d’immatriculation ou sur base du Règlement Général de Police.

Ce dernier stipule l’interdiction de motos de style «pure cross» ou «pocket bikes» «n’ayant pas l’agréation d’homologation». Les engins ont été saisis sur le terril Saint Antoine dont les riverains se plaignent régulièrement des nuisances générées par ces motos, mais également sur le site Natagora des Marionville situé à Saint-Ghislain et où l’usage de tout engin motorisé est supposé interdit.

Les motos ont été saisies pour une période de 3 mois. Les propriétaires devront non seulement payer une amende, délivrée par le fonctionnaire sanctionnateur, dont le montant peut varier de 60 à 175€ (350€ en cas de récidive) mais également payer les frais d’enlèvement et gardiennage. Ils ont également fait l’objet de PV pour défaut d’immatriculation et/ou d’assurance.

Récurrents, ce genre de comportement est jugé intolérable par la police boraine qui assure que toute infraction de ce type sera systématiquement sanctionnée