TÉMOIGNAGE

Enfants confinés dans le monde 1/6: Alia, au Maroc, n'a pas envie de se souvenir de cette épidémie

Enfants confinés dans le monde 1/6: Alia, au Maroc, n'a pas envie de se souvenir de cette épidémie

Alia vit dans une grande ville marocaine qui comprend plus de 4 millions d’habitants. Elle travaille pour l’école sur une plateforme appelée Classrooms. -

Pendant six jours, nous allons faire le tour du monde du confinement tel qu'il est vécu par des enfants. Ce jeudi, nous vous parlons d'Alia qui vit au Maroc.Ce pays est aussi touché par la covid-19. Alia, 10 ans, le sait bien et reste confinée chez elle. Le 18 mai, le nombre total des cas de contamination dans son pays était de 6930, selon le ministère de la Santé qui annonce que le nombre de décès stagne à 192.

Alia habite le quartier Liberté (en arabe on dit Benjdia), à Casablanca, au Maroc. Elle est en 5e primaire dans une école bilingue où on apprend le français et l’arabe.

Deux jours après le début du confinement, elle a déjà reçu ses premiers exercices sur la plateforme d’apprentissage Classrooms. «Depuis, je retrouve aussi ma maîtresse et les autres élèves pour des visioconférences, même si c’est un peu difficile. Parfois, trop d’élèves ouvrent leur micro en même temps, alors on ne comprend pas bien. Apprendre à la maison demande plus de concentration.»

Dans une autre pièce de l’appartement, sa petite sœur suit les leçons de 1re primaire: «Ma maman reste avec elle pour l’aider». Alia n’a pas envie de se souvenir trop longtemps de l’épidémie car, dit-elle: «Je n’aime pas les maladies comme ça!».

 

10 % des contaminés seraient des enfants

 

Au Maroc, les cas d’enfants testés positifs au coronavirus s’élèveraient à 625, représentant un peu moins de 10% de l’ensemble des contaminations. A ce jour, 315 enfants ont été déclarés guéris du covid-19, contre un seul décès dû à l’insuffisance rénale (détérioration des reins chargés de filtrer le sang du corps).

Quand elle pourra sortir, Alia affirme qu’elle portera le masque, «parce que je sais qu’il y aura encore des risques».

Le sondage de la semaine